de fr it

Johann FriedrichFunkle Vieux

Portrait du stucateur et sculpteur sur bois bernois Johann Friedrich Funk le Vieux. Pastel d'Emanuel Handmann, 1746 (Collection privée; Pedrini Photography, Zurich).
Portrait du stucateur et sculpteur sur bois bernois Johann Friedrich Funk le Vieux. Pastel d'Emanuel Handmann, 1746 (Collection privée; Pedrini Photography, Zurich).

4.4.1706 à Morat, 1.4.1775 à Berne, prot., de Nidau (1757). Fils de Johann Lorenz, messager postal, de Francfort-sur-le-Main. Frère de Matthäus (->). 1732 Elisabeth Küpfer. F. participa à la construction de la maison de campagne Lullin au Creux-de-Genthod (comm. Genthod) de 1723 à 1730. Dès 1733, il exécuta à Berne diverses sculptures ornementales (enseignes, portails, reliefs de pignons, fontaines, statues) ainsi que le premier trône des avoyers. On lui doit aussi des monuments funéraires, épitaphes et bas-reliefs à Bâle, à l'hôtel de ville de Berthoud et dans des églises de la campagne bernoise. Il exploita dès 1749, dans le quartier de la Matte à Berne, une marbrerie qui livrait des garnitures de cheminée ainsi que des plateaux pour ses consoles et les commodes de son frère Matthäus. Son atelier de sculpture sur bois et de dorure, où travaillaient deux de ses frères, plus jeunes, produisit de nombreux cadres de tableaux et de miroirs. Dès 1742, il détint en Suisse le monopole de la vente des miroirs du Wurtemberg et de la Belgique.

Sources et bibliographie

  • H. von Fischer, Fonck à Berne: Möbel und Ausstattungen der Kunsthandwerkerfamilie Funk im 18. Jahrhundert in Bern, 22002
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Appartenance familiale
Dates biographiques ≈︎ 4.4.1706 ✝︎ 1.4.1775

Suggestion de citation

Bhattacharya, Tapan: "Funk, Johann Friedrich (le Vieux)", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 26.07.2005, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/022308/2005-07-26/, consulté le 24.09.2020.