de fr it

WirzOW

Famille ancienne d'Unterwald, membre de l'élite dirigeante d'Obwald à Sarnen. On considère qu'elle est issue de Klaus des Wirtz, riche Unterwaldien attesté entre 1367 et 1376. Fils de Johann (->), Heinrich (->) fonda au début du XVIe s. la branche des Ringli-W. et son frère Peter (->) celle des Türmli-W. Les descendants de Sebastian (->), arrière-petit-fils de Peter, prirent le nom de W. von Rudenz au début du XVIIe s. Des Türmli-W. se détacha vers 1620 la branche de Frauenfeld, de laquelle jaillit au milieu du XVIIe s. un rameau souabe, éteint au milieu du XVIIIe s. En 1650, Johann Franz Ulrich (✝︎1695), de Frauenfeld, acquit la bourgeoisie de la ville de Soleure. Les W. de Frauenfeld s'éteignirent en ligne masculine en 1841, avec Johann Nepomuk (->), qui avait servi le dernier prince-abbé de Saint-Gall.

La famille fournit des baillis dans les bailliages communs du XVIe au XVIIIe s., dont cinq baillis de Thurgovie. Parmi les membres de la branche établie en Thurgovie au début du XVIIe s., certains exercèrent des tâches dans l'administration du bailliage, d'autres entrèrent au service des princes-abbés de Saint-Gall ou des princes-évêques de Constance. De nombreux W. firent carrière au service étranger (au service du pape au XVIe s., à ceux de l'empereur, de France, d'Espagne et de Naples aux XVIIe et XVIIIe s.). Quelques-uns commandèrent des compagnies capitulées obwaldiennes en France au XVIIe et à Naples au XVIIIe s. Wolfgang Ignaz (->) et son fils Josef Ignaz (->) atteignirent tous deux le grade de maréchal de camp dans le royaume de Naples.

A Obwald, les W. furent représentés presque sans interruption, du XVIe au XVIIIe s., au Conseil de Sarnen et au Grand Conseil. Niklaus (->) fut le premier banneret d'Obwald et Nidwald, élu par les troupes au Brünig en 1528. La landsgemeinde confia encore cette charge à Sebastian (déjà cité) en 1622, à son fils Wolfgang (->) en 1676 et à Johann (->), de la branche des Ringli-W., en 1700. Entre 1406 et 1723, les W. comptèrent treize landammans, qui remplirent au total cinquante-trois mandats annuels. Seuls les dépassent à cet égard les Imfeld, avec qui existaient de multiples liens matrimoniaux. Franz (->) et ses fils Theodor (->) et Adalbert (->) furent vingt-huit fois à la tête du canton entre 1841 et 1909. Des trente-deux ecclésiastiques de la famille, une moitié fit partie du clergé régulier. Quatre furent curés dans des paroisses obwaldiennes, tel Josef Anton (1795-1845), commissaire épiscopal dès 1840.

Sources et bibliographie

  • E. Omlin, Die Landammänner des Standes Obwalden und ihre Wappen, 1966
  • E. Omlin, Die Geistlichen Obwaldens vom 13. Jahrhundert bis zur Gegenwart, 1984, 570-582
  • N. von Flüe, Obwalden im 18. Jahrhundert, 2009