de fr it

vonFlüe

Ancienne famille d'Obwald, bourgeoise de Sachseln, Kerns et Sarnen (la branche de Sarnen est éteinte), tirant son nom du domaine de Flüe (auj. Flüeli) au Sachsler Berg. En 1437 déjà, Heini, premier mentionné, et son fils Niklaus, futur saint Nicolas de Flue (->), paysans libres et propriétaires de terres franches de cens, appartenaient à la classe aisée de Sachseln. Hans (->), fils aîné de Nicolas, entra en 1483 dans les sphères dirigeantes d'Obwald. Son alliance matrimoniale avec la vieille famille de landammans von Einwil, ainsi que le prestige de son père, "saint vivant", favorisèrent son ascension politique et sociale. Il put tirer aussi des avantages économiques (par exemple des pensions étrangères) de la charge de landamman, qui sera revêtue, immédiatement après sa mort, par son frère Walter (->), puis dans leur âge mûr et leur vieillesse, par Niklaus (->), fils de Walter et par un autre Niklaus (->), petit-fils de Walter; en revanche, son arrière-petit-fils, Melchior (1572-1656), ne sera que capitaine du pays (1644). La famille resta influente dans la paroisse de Sachseln et au Conseil d'Obwald: depuis Konrad (au plus tard en 1605), fils cadet de Walter, et jusqu'en 1798 (avec une petite interruption entre 1692 et 1698), elle occupa au Conseil la première et/ou la deuxième place. Il y avait à Sachseln, vers 1750, une trentaine de familles de F. comptant environ 80 enfants et, en 1802, 60 électeurs sur 441 portaient le nom de F. En majorité il s'agissait de paysans et d'artisans modestes. Seul un petit groupe, issu de Konrad, appartenait à la classe dirigeante. Cette branche aristocratique fondait sa richesse et son influence sur la propriété foncière, les pensions et le service de France (propriété d'une compagnie dès 1743); puissante au XVIIIe s., elle donna entre 1704 et 1798 six landammans sur quatre générations, qui exercèrent cette charge pendant trente ans au total, et elle infléchit la politique d'Obwald en faveur de la France. Johann Wolfgang (->) construisit en 1750 la maison de la Brunnenmatt, Johann Peter (->) celle du Zuhn après 1754. Michael (->) fut en 1830 le dernier de la famille à être landamman d'Obwald; Nikodem (1819-1886) fut l'unique conseiller d'Etat du nom (1874-1882). Les F. de Sachseln ont eu vingt-deux ecclésiastiques, dont dix-huit ont vécu entre 1672 et 1836; huit étaient de la branche de Konrad, treize officièrent à Flüeli et/ou Sachseln.

Les F. de Kerns et de Sarnen n'ont pas eu la même importance économique et politique que ceux de Sachseln. Ceux de Kerns, nombreux dès le XVe s., seraient apparentés à ceux de Sachseln (par l'intermédiaire du landamman Hans, selon une hypothèse récente); ils ont donné sous l'Ancien Régime quelques conseillers, trois ecclésiastiques et un landamman, Josef Simon (->). Wolfgang, fils du landamman Niklaus (1504-1597) et mari de Katharina Wirz, fille du landamman Johann Wirz, acquit en 1596 la bourgeoisie de Sarnen (quartier de Freiteil); son petit-fils Wolfgang, en religion père Niklaus (->), fut abbé de Wettingen de 1641 à 1649. Cette branche s'éteignit au XVIIIe s.

Sources et bibliographie

  • A. Küchler, Geschichte von Sachseln, 1901, 89-151
  • K. Müller, Die von Flüe, 1953
  • N. von Flüe, Peter Ignaz von Flüe, 1998