de fr it

Chambrier

Girardin

Originaire de Traves, Aroz et Moutherot (Franche-Comté), la famille Girardin se fixe dans la première moitié du XVe s. à Neuchâtel dont elle acquiert la bourgeoisie. Un de ses membres est qualifié de chambrier (valet de chambre) du comte Jean de Fribourg en 1428 et, à la fin du siècle, cette charge est si ordinairement accolée au nom Girardin qu'il en résulte une mutation progressive du patronyme, laquelle est accomplie au début du XVIe s. Acquise en 1537 du fait de l'obtention du fief de Gruère au Val-de-Ruz par Benoît (->), la noblesse de la famille est confirmée en 1709 par le roi de Prusse Frédéric Ier (généralisation de la particule au XVIIIe s.). En 1787, Frédéric-Guillaume II érige le fief Grand Jacques de Vautravers en baronnie au profit de son possesseur, Jean-Pierre (1731-1808), et de ses descendants.

Du commencement du XVIe s. à la fin de l'Ancien Régime (1848), de nombreux membres de la famille participent sans discontinuer au gouvernement et à l'administration de la ville de Neuchâtel, du pays de Neuchâtel et de ses juridictions, surtout dans les fonctions de conseiller d'Etat, gouverneur, lieutenant du gouverneur, chancelier, procureur général, trésorier général, receveur, président du tribunal des Trois-Etats, maire, châtelain, maître-bourgeois. Après 1848, la plupart des C. exercent des professions libérales.

La famille est de confession réformée. Elle était propriétaire d'un abondant patrimoine immobilier: entre autres, à Neuchâtel, actuel hôtel judiciaire, maison de la place des Halles no 13, maison de la rue de l'Hôpital no 6; châteaux d'Auvernier, de Bevaix et de Cormondrèche; manoir du Pré-Monsieur à Môtiers; maison Brun à Dombresson. Il existe encore une fondation C.

Sources et bibliographie

  • E. Quartier-la-Tente, Les familles bourgeoises de Neuchâtel, 1903, 55-80
  • Almanach généal. suisse, 1, 70-74; 5, 123-128
  • A. Piaget, «Bull. bibliogr.: Familles bourgeoises», in MN, 1904, 127-129
  • R. Scheurer et al., Hist. du Conseil d'Etat neuchâtelois des origines à 1945, 1987
  • R. Scheurer, Pierre Chambrier 1542 (?)-1609, 1988, 13-18
En bref
Variante(s)
de Chambrier