de fr it

Merveilleux

Famille venant de Rötteln (Brisgau), bourgeoise de Neuchâtel av. 1469. Hans Wondrelic ou Jean M. (ou Ansocoz), cuisinier du comte Jean de Fribourg, vivait à Neuchâtel en 1428. Son neveu, Jean (Hans, Hainsely) Wunderlich dit l'arbalétrier (✝︎1492) fut officier de la maison de Rodolphe de Hochberg, marquis de Rothelin (Rötteln) et héritier du comté de Neuchâtel. Il suivit son maître à Neuchâtel où il francisa son nom en M. Reçu au Conseil du comte en 1469, il fut à l'origine d'une lignée ininterrompue jusqu'au XXe s. Jean ->, petit-fils de Jean (✝︎1492), fit partie du premier Conseil d'Etat formé par Jeanne de Hochberg en 1530. Les M. firent partie des familles puissantes de Neuchâtel et formèrent une véritable dynastie présente au Conseil d'Etat jusqu'en 1831 avec Samuel-Henri (1777-1854). David (->) y siégea pendant trente-huit ans. Militaires, médecins, les M. comptèrent également un cartographe, David-François (->). Une branche installée à Berne reprit le nom de Wunderlich et posséda, dès 1610, une partie de la seigneurie de Worb avant de s'éteindre en 1702. Les descendants d'Henri (1662-1749), pasteur établi à Aurigny (Alderney) dans les îles anglo-normandes suite à différents scandales, formèrent la branche d'Angleterre éteinte en 1897. Il existe également une branche catholique établie en France (M. du Vignau), issue de Charles-Frédéric (✝︎1749). A Neuchâtel, la famille s'éteignit au XXe s. avec Suzanne-Marguerite (1908-1998).

Sources et bibliographie

  • E. Quartier-la-Tente, Les familles bourgeoises de Neuchâtel, 1903, 141-149
  • A. Piaget, «Bull. bibliogr.: familles bourgeoises», in MN, 1904, 142-143
  • Almanach généal. suisse, 1, 314-315; 5, 415-416
  • R. Scheurer et al., Hist. du Conseil d'Etat neuchâtelois, 1987, 25-26
En bref
Variante(s)
de Merveilleux
Wunderlich