de fr it

Courvoisier

Famille originaire du Locle divisée en quatre branches importantes (C.-Clément, C.-Voisin, C.-Piot et C.-Jeannet) issues de trois frères qui "reconnaissent" en 1532. Les C. se sont illustrés dans différents domaines. Dans l'horlogerie, au Locle où, vers 1770, David (1726-1789) fonde avec son beau-frère Jacques-Frédéric Houriet la maison Courvoisier et Houriet, et à La Chaux-de-Fonds, où Louis (1758-1832) s'associe au commerce d'Aimé Robert en 1781, maison qui fermera en 1931. Dans l'imprimerie, Philippe (1777-1854), marchand chapelier, de la branche C.-Jeannet, reprend en 1818, la Feuille d'Avis des Montagnes fondée en 1806. Son fils Eugène (1806-1868) lui succède; il est à l'origine de la modernisation de l'entreprise et il y introduit la presse mécanique à cylindres. En 1874, ses fils, Paul (1832-1911) et Alexandre (1834-1913), ouvrent une succursale à La Chaux-de-Fonds, qui édite L'Impartial à partir de 1881. En 1928, un département d'héliogravure y est ajouté, complété par une édition de timbres dès 1931 (fermée en 2001). Devenue SA (1926), l'entreprise garde son caractère familial. En 1940, à la mort d'Henri (->), ce sont les filles d'Henri et de Paul (->) qui deviennent administratrices de la société, avec leurs maris qui reprennent la direction jusqu'en 1976. Les C. se sont également distingués dans la finance. En 1910, Edouard Berthoud associe ses neveux C. à la tête de la Maison Berthoud qui sera absorbée par le Comptoir d'escompte de Genève en 1921. Charles C. et son cousin Frédéric Berthoud fondent un nouvel établissement en 1926, qui, faute de descendants prêts à poursuivre l'affaire, est repris en 1983 par la Banque de dépôts et gestion.

Sources et bibliographie

  • A. Chapuis, Hist. de la pendulerie neuchâteloise, 1917, 434-435
  • J.L. Courvoisier, De la vieille Maison Berthoud à la Banque Courvoisier, 1927
  • P.-Y. Tissot, «Les débuts de l'imprimerie dans les Montagnes neuchâteloises, des origines à 1848», in Aspects du livre neuchâtelois, 1986, 456-459