de fr it

deMontmollin

Famille neuchâteloise, originaire de M., puis de Neuchâtel (début XVe s.), des Geneveys-sur-Coffrane (1620), de Dombresson (1637), La Chaux-de-Fonds (1659), Provence (1664), Valangin (1675), Corcelles-Cormondrèche (1688), La Brévine (1814) et Auvernier (1924). Mentionnés dès le XIVe s., les M. ont une généalogie bien établie depuis Vuillemin (cité en 1347), bisaïeul de Mathilde, épouse d'Antoine Morel dit Magnin, qui obtient que ses enfants reprennent le nom de M. pour jouir de l'inaliénabilité et du droit de bourgeoisie de Neuchâtel qu'elle possédait. D'abord paysans, les M. occupent des charges dès Claude (1530-1573), maire de Rochefort, puis de La Côte et de Travers. Les M. sont actifs dans le commerce (indiennes, vin) et leur fortune leur permettra d'avoir accès à des charges importantes, mais peu rémunérées, faisant de la famille l'une des plus influentes sur les plans politique et économique, formant une véritable dynastie gouvernante: présente au Conseil d'Etat dès le XVIIe s., la famille y est la plus représentée durant le XVIIIe s., avec douze conseillers entre 1707 et 1806, dont Jean-Frédéric (->). Les M. s'engagent également au service étranger ou deviennent pasteurs, avant d'exercer des professions libérales dès la seconde moitié du XIXe s. Depuis le XVIIe s., des M. sont également viticulteurs et propriétaires de vignes à Auvernier; le Domaine E. de Montmollin Fils y a été fondé en 1936. Les M. s'allient à d'autres familles de notables, comme les Chambrier, les Coulon ou les Dupasquier. La famille est anoblie en 1657 avec Georges (->) et ses quatre frères, Jean (->), Guillaume, pasteur, Henri, receveur de Valangin, et Jonas, receveur de Colombier. Outre une branche aînée et une branche cadette, il existe une branche américaine à deux rameaux aux Etats-Unis, fondée par Louis (1683-1750). Une fondation de famille (tenue d'un registre de la famille, diffusion d'ouvrages et achats d'objets en relation avec les M., rencontres) est créée en 1970.

Sources et bibliographie

  • Almanach généal. suisse, 1, 322-325; 6, 420-432
  • C. et R. de Montmollin, Contribution à l'hist. de la famille de Montmollin, 1949
  • Généal. de la famille Montmollin, 1968
  • R. Scheurer et al., Hist. du Conseil d'Etat neuchâtelois, 1987