de fr it

Perrot

Famille bourgeoise de Neuchâtel dès le XVe s. avec l'établissement de Perrin, maçon, fils de Jean venu de Montbenoît (entre Pontarlier et Morteau, Franche-Comté), mentionné comme bourgeois dès 1465. Les P. fournissent dès la Réforme de nombreux pasteurs, comme Claude (->) et Olivier (->), et occupent des fonctions officielles en ville de Neuchâtel ou au niveau de la principauté. Abraham (1684-1760), pasteur, est anobli en 1727. Son fils, Jérôme François (->), est le premier conseiller d'Etat de la famille en 1769. Fils et petit-fils de ce dernier, Charles Auguste (->) et Auguste Charles François (->), occuperont aussi cette charge. Anna (->), arrière-petite-fille de Jérôme François, présidera l'Union internationale des Amies de la jeune fille. Une autre famille P., non anoblie, issue de Guillaume venu de Morteau un siècle après Perrin et reçu bourgeois de Neuchâtel en 1609 s'est ensuite établie à Chambésy (auj. Pregny-Chambésy). On a longtemps cru, à tort, que ces deux familles comportant toutes les deux de nombreux pasteurs remontaient au même ancêtre. La légende qui veut que la famille soit venue du Dauphiné lors du Refuge est aussi infondée.

Sources et bibliographie

  • Fonds, AEN
  • Procès-verbaux de la Soc. suisse d'études généal., section neuchâteloise, séance du 15.11.1946, BV Le Locle
  • Almanach généal. suisse, 2, 678-683; 6, 468-480
En bref
Variante(s)
de Perrot