de fr it

Sumiswaldbailliage, commanderie

Baronnie médiévale, commanderie (1225), puis seigneurie (1528-1698) de l'ordre des chevaliers teutoniques, bailliage bernois de 1701 à 1798. Par une donation de Lütold, dernier baron de S., la baronnie, dont le siège présumé se trouvait au Burgbühl sur la rive nord de la Grünen (site d'un château fort dont ne subsiste aucun mur), passa en 1225 aux chevaliers teutoniques qui, en contrepartie, s'engagèrent à construire un hôpital pour les indigents et les pèlerins. Les chevaliers construisirent alors leur château (connu aussi, plus tard, sous le nom de Spittel) sur la rive sud de la Grünen, en amont de S., probablement à la place d'un château antérieur; l'aspect actuel de l'édifice est dû aux importantes transformations qui eurent lieu en 1731-1732 et 1978-1981. La seigneurie comprenait les paroisses de S. et d'Escholzmatt (églises, domaines, alpages et forêts), ce qui correspondait à un vaste territoire dans la région du Napf, mais coupé en deux par les terres de l'abbaye de Trub. La commanderie vendit Escholzmatt entre 1312 et 1341 et acheta en 1312 les terres attenantes de Dürrenroth, qui faisaient partie de l'ancienne seigneurie de Balm. Elle disposa ainsi de possessions d'un seul tenant (églises, terres et basse justice) et, temporairement, de privilèges comme le droit à l'héritage des personnes exécutées. Aux XIVe et XVe s., la seigneurie s'étendit grâce à des achats et des donations, qui lui apportèrent notamment le patronage d'Affoltern im Emmental (1353/1357) et de Trachselwald (1374-1375), ainsi que les basses juridictions d'Arni (1331) et de Walterswil (1439).

Les commandeurs étaient issus de familles nobles, venant surtout d'Alsace, du sud de l'Allemagne, de Berne et de Soleure (notamment les d'Erlach, Brandis, Bubenberg et Luternau). Grâce au traité de combourgeoisie conclu en 1317 avec S., Berne bénéficia de l'aide de la commanderie lors de l'achat de la juridiction de Ranflüh et de la seigneurie de Trachselwald, que S. acquit en 1398 et céda à Berne en 1408. Comme la seigneurie de S. relevait de la haute juridiction de Ranflüh, elle fut dès 1408 une seigneurie "médiate" de Berne; ses droits étaient garantis par Berne (lettres de protection de 1408 et 1480). Après la Réforme, Berne s'attribua l'administration de la commanderie, que les chevaliers de l'ordre avaient quittée, et rénova les droits fonciers et justiciers, les dîmes et les bénéfices ecclésiastiques; les hautes futaies furent protégées (1530-1531) et les alpages réaffermés (1550 et 1572). Dès 1542, l'ordre teutonique exigea la restitution de la seigneurie; il obtint satisfaction en 1552, mais dut confier l'administration à des baillis issus de la bourgeoisie de Berne. En 1556 et entre 1572 et 1578, il procéda à des rénovations de droits, parfois contre la volonté des sujets. A l'instar d'autres seigneurs médiats, il perdit peu à peu certaines prérogatives, au profit de la seigneurie territoriale exercée par Berne (levée de troupes, droit de chasse et de taverne, amendes). Berne plaça aussi le consistoire sous l'autorité du bailli de Trachselwald, dépouillant celui de S. de ses compétences en la matière. L'affaiblissement de ses droits amena l'ordre à vendre la seigneurie à Berne; les tractations, commencées en 1671, aboutirent en 1698. En 1701, la ville fit de la seigneurie un bailliage (le dernier qu'elle instaura dans l'Emmental) avec siège au château des chevaliers; elle créa ainsi un nouveau ressort de haute justice, avec prison, salle de torture, gibet à Ranflüh (servant aussi à Trachselwald), mais sans chancellerie propre. Après sa suppression, les basses juridictions de S. et Dürrenroth furent attribuées en 1798 au district de l'Unteremmental, en 1803 au bailliage (puis district) de Trachselwald. Le château, alors vide, fut acheté par la commune de S. en 1812; utilisé d'abord comme hospice et maison de travail, puis comme infirmerie, il abrite depuis 1980 un établissement médicalisé.

Sources et bibliographie

  • F. Häusler, Das Emmental im Staate Bern bis 1798, 2 vol., 1958-1968
  • A.-M Dubler, «Adels- und Stadtherrschaft im Emmental des Spätmittelalters», in AHVB, 90, 2013, 33-96
  • HS, IV/7, 781-803