de fr it

République lémanique

Etendard de l'éphémère République de 1798. Peinture sur toile de coton, fin du XVIIIe siècle (Musée historique de Vevey).
Etendard de l'éphémère République de 1798. Peinture sur toile de coton, fin du XVIIIe siècle (Musée historique de Vevey). […]

Principalement employée dès 1790 par Frédéric-César de La Harpe, l'expression désigne le Pays de Vaud, une fois libéré de la tutelle bernoise et y compris la partie annexée par Fribourg en 1536. La Harpe rédigea à la fin de 1797, avec Vincent Perdonnet, des Instructions pour l'Assemblée représentative de la République lémanique. Dans son esprit, l'indépendance vaudoise était un préalable indispensable à la formation d'une République helvétique. Le terme cependant ne passa pas dans l'usage. Le 24 janvier 1798, on ne proclama pas officiellement la République lémanique, même si le nom figura un temps sur un étendard. Georges Boisot jugeait l'expression "passablement indéterminée, incohérente". La République helvétique incorpora le Pays de Vaud sous l'appellation canton du Léman, sans qu'il ait eu le temps de devenir un Etat indépendant.

Sources et bibliographie

  • J.Ch. Biaudet, «Georges Boisot et la Révolution vaudoise», in Doc. inédits sur la Révolution vaudoise de 1798, 1948, 41-68
  • J.Ch. Biaudet, M.-C. Jequier, éd., Correspondance de Frédéric-César de La Harpe sous la République helvétique, 1, 1982