de fr it

Altermatt

Ancienne famille bourgeoise de Soleure dont quelques branches accédèrent au patriciat. Probablement originaires des colonies Walser d'Alagna et de Riva (le "Prismell", dans la Valsesia, Piémont du nord), les A. furent aux XVIe-XVIIe s. architectes, tailleurs de pierre et sculpteurs itinérants, actifs surtout en Suisse; ils fournirent trois maisonneurs à la ville de Soleure. L'ancêtre des A., "Hans Murer von Balsthal", travailla en Argovie et dans les régions de Lucerne et de Zoug de 1534 à 1576. Deux de ses descendants, les frères Hans et Ulrich, devinrent bourgeois de Soleure en 1560, suivis par d'autres A. jusqu'en 1640. Ni ce vaste groupe, très mobile, ni ses œuvres n'ont été étudiés à fond: Hans le Jeune (maison conventuelle de Beinwil, 1594), Urs (✝︎1647), maisonneur et membre du Grand Conseil (couvent des capucins de Soleure et grenette de Dornachbrugg, 1622), Klaus, maisonneur (portail et escalier à vis de l'hôtel de ville de Soleure, 1632-1634, chapelle Kreuzen près de Soleure, 1643), Urs (✝︎1662, église conventuelle de Mariastein, 1648-1655), Jakob (fontaine de la cathédrale de Fribourg-en-Brisgau, 1666). La crise de la construction du milieu du XVIIe s. mit fin à cette tradition familiale. Dès la seconde moitié du XVIIe s., à la suite d'Urs (->), quelques membres de la famille, tels Josef Bernhard (->) ou Paul Charles (->) rejoignirent l'aristocratie du service étranger. Les A. possédèrent une compagnie au service de France de 1684 à 1780. Trait typiquement familial, la majorité des A. patriciens ne vécut pas à Soleure et fut peu représentée au gouvernement.

Aux XVIIe et XVIIIe s., des A. s'installèrent dans la vallée de Balsthal et dans le Schwarzbubenland. La lignée de Rodersdorf, éteinte en 1849, descend de Hieronymus (->) qui prêta le serment de bourgeoisie à Soleure en 1675, lignée à laquelle appartiennent Johann Baptist (->) et Josef Bernhard (->). La lignée de Nunningen fondée par Wolfgang (1631-1711), meunier à Engi et assesseur du tribunal, a essaimé à Büsserach (1749), Kleinlützel, Büren (1793) et Zullwil. Possédant des moulins, des auberges, occupant des fonctions politiques, elle parvint au sommet de l'échelle sociale rurale. Les deux lignées fournirent un grand nombre d'ecclésiastiques du XVIIe au XXe s., dont Hieronymus (->) et Augustin (1903-1955), recteur du collège d'Altdorf, puis, dès la fin du XVIIIe s., des universitaires (juristes, historiens, etc.). Les moulins d'Engi (dès 1659) et de Zullwil sont toujours possessions familiales.

Sources et bibliographie

  • P. Borer, «Das solothurnische Altburgergeschlecht Altermatt», in Sankt Ursenkalender, 1932
  • SolGesch., 2 et 3
  • AKL, 2, 690