de fr it

Gibelin

Ancienne famille bourgeoise de Soleure. Hans, contremaître, de Prismell (auj. Alagna, Piémont), acquit la bourgeoisie en 1498. Ses fils, Conrad et Daniel, donnèrent naissance à deux lignées, qui ne purent accéder aux charges politiques les plus élevées et firent partie du patriciat de rang inférieur (de 1680 à 1720, seulement cinq membres du Petit Conseil, Altrat, et de nombreux baillis). Cette situation provenait en bonne partie des absences répétées des membres de la famille au service de France et de Piémont (Daniel reçut des lettres de noblesse de Louis XIII en 1643). Au XVIIIe s., la famille, qui ne comptait alors plus que quelques représentants masculins, perdit de son influence. A l'instar d'autres familles, les G. constituèrent une importante bibliothèque privée. Margaritha Franziska (1787-1868) fonda et dirigea l'école Gibelin pour les pauvres. Les G. s'éteignirent avec August (1818-1881).

Sources et bibliographie

  • J. Kälin, «Woher stammen die Gibelin ?», in JbSolG, 1, 1928, 255-259
  • SolGesch., 2-3
  • Ch. Studer, Solothurner Patrizierhäuser, 1981, 46, 67
En bref
Variante(s)
von Gibelin

Suggestion de citation

Fink, Urban: "Gibelin", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 17.01.2018, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/022842/2018-01-17/, consulté le 26.11.2020.