de fr it

Deucher

La tour de Steckborn, possession de la famille de 1488 à 1601 et de 1630 à 1639. Eau-forte au trait, avant 1800 (Zentralbibliothek Zürich, Graphische Sammlung und Fotoarchiv).
La tour de Steckborn, possession de la famille de 1488 à 1601 et de 1630 à 1639. Eau-forte au trait, avant 1800 (Zentralbibliothek Zürich, Graphische Sammlung und Fotoarchiv).

Famille attestée à Steckborn dès 1449. Plusieurs de ses représentants adhérèrent à la Réforme et émigrèrent à Frauenfeld et Zurich sous le nom de Teucher, en Alsace puis à Bâle sous celui de D. La famille posséda la tour (alleu) de Steckborn de 1488 à 1601, puis de 1630 à 1639, date à laquelle Ulrich la céda à la ville de Steckborn. Par conséquent, la famille fit partie du corps des seigneurs justiciers thurgoviens. Parmi les D. restés catholiques, on trouve quelques ammans et bourgmestres tenant leur office de l'abbaye de Reichenau. Ludwig fut juge, amman de la ville en 1519 et bailli de Gottlieben en 1525. Furent aussi ammans de la ville Ulrich en 1503-1543, Ulrich en 1637, Philipp Jakob (1709-1773) et Melchior Johann Paul (1757-1826). Le petit-fils (->) et l'arrière-petit-fils (->) de ce dernier, tous deux prénommés Adolf, acquirent une stature nationale, le premier comme conseiller fédéral, le second comme conseiller aux Etats. Plusieurs femmes de la famille entrèrent aux couvents de Sankt Katharinental et de Feldbach.

Joachim Teucher s'installa à Zurich en 1489 et y acquit la bourgeoisie. Les Teucher de Zurich ont compté d'importants hommes politiques. Hans Jakob (✝︎1591), Matthäus (✝︎1606), Hans Konrad (✝︎1688) et Hans Heinrich (✝︎1691), prévôts ou représentants au Grand Conseil de la corporation de la Mésange, furent administrateurs du Fraumünster ou délégués à la Diète. Hans Konrad (1611-1688) orfèvre, représentant au Grand Conseil de la corporation du Bélier en 1652, devint bailli de Laufen en 1657 et président des orfèvres en 1676. Parmi les artisans éminents figurent deux Hans Heinrich, l'orfèvre (1550-1611) et le peintre verrier (1594-1618). Cette branche s'éteignit en 1742.

L'ancêtre des Teucher réformés de Frauenfeld fut Felix (mort probablement en 1614), venu de Steckborn en 1580-1581, reçu bourgeois de Frauenfeld en 1590. Ses descendants, surtout artisans, siégèrent au Conseil et au tribunal de la ville. Daniel (1691-1754) se distingua comme peintre héraldiste et géomètre, tandis que ses neveu et petit-neveu, Johann Heinrich (1723-1802) et Johann Rudolf (1754-1791), s'illustrèrent comme peintres à Berne.

La branche protestante des D. en Alsace et à Bâle, qui posséda quelque temps le château de Bottmingen, parvint à une richesse considérable aux XVIIe et XVIIIe s., grâce à d'importantes entreprises commerciales et bancaires (compagnie du Mississipi à Paris). Elle s'éteignit en 1804.

Sources et bibliographie

  • F. Schaltegger, «Geschichte des Turms zu Steckborn», in ThBeitr., 62, 1925, 1-104
  • E. Teucher, «Die Thurgauer Familien Teucher und Deucher im Laufe der Jahrhunderte», in Thurgauer Jahrbuch, 1942, 33-38
  • Almanach généal. suisse, 7, 717-723
  • H. Lüthy, «Les Mississipiens de Steckborn et la fortune des barons d'Holbach», in Etudes suisses d'hist. générale, 13, 1955, 143-163
  • H.-O. Müller von Blumencron, «Die Deucher in Basel», in BZGA, 92, 1992, 101-118