de fr it

Muntprat von Spiegelberg

Famille de marchands lombards, patricienne de Constance, où Lütfried (✝︎1447), membre de la compagnie de Ravensburg dès 1410, fut petit conseiller dès 1431 et bourgmestre en 1443. Restée en majorité catholique à la Réforme, la famille fut anoblie en 1550 par Charles Quint en la personne de Hans, administrateur de la capitainerie de Constance de 1549 à 1573. Propriétaires des seigneuries d'Altenklingen (1419-1439) et de Spiegelberg (1464-1582), mais aussi du château fort de Rosenberg (1423), des seigneuries de Salenstein (1440), de Lommis (1457), de Weinfelden (pour une moitié, 1474) et de Zuckenriet (1478), ainsi que de la moitié de la basse juridiction d'Eggen (1505, échangée en 1542 contre la seconde moitié de Weinfelden), les M. furent donc entre 1419 et 1582 (vente de leurs derniers droits par les héritiers de Ludwig) seigneurs justiciers en Thurgovie; bien intégrés, ils furent porte-parole de leurs pairs et participèrent à des expéditions militaires avec les Confédérés.

Sources et bibliographie

  • W. Warth, «Die Muntprat von Spiegelberg und die Eidgenossenschaft», in Bodensee-Hefte, 1, 1991, 43-47
  • B. Giger, Gerichtsherren, Gerichtsherrschaften, Gerichtsherrenstand im Thurgau vom Ausgang des Spätmittelalters bis in die frühe Neuzeit, 1993

Suggestion de citation

Erich Trösch: "Muntprat von Spiegelberg", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 28.10.2010, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/022958/2010-10-28/, consulté le 07.12.2022.