de fr it

Mörikofer

Famille protestante de Frauenfeld, à l'origine parente des M. de Constance, Schaffhouse et Stein am Rhein, vraisemblablement toutes originaires de Mörikon (comm. Münchwilen TG). Eberhard et Hans Mörikon sont cités comme propriétaires fonciers vers 1380. Un Hans Mörikon, conseiller de Frauenfeld, est mentionné dans un contrat de vente en 1412. Aux XVe et XVIe s., les M. figurent souvent dans des rôles fiscaux. Aux XVIIe et XVIIIe s., il comptèrent surtout des orfèvres, graveurs de sceaux et médailleurs, comme Hans Heinrich (1597-1684), Johann Melchior (1706-1761) et Johann Kaspar (->), mais aussi d'autres artisans (tanneurs, boulangers, peintres, fourreurs, etc.). Les M. exercèrent également des charges publiques à Frauenfeld, dans quelques cas isolés celle d'avoyer (Hans, ->), plus souvent celles de juge, vice-avoyer, secrétaire de ville (Daniel, 1693-1748), banneret (Hans Ulrich, 1641-1688), fourrier (Johannes, ✝︎1729), messager et responsable des amendes. Quelques rares M. furent sautiers de Thurgovie (Johann Peter, 1723-1804). La famille fournit également quelques pasteurs, dont Joachim (✝︎1590) et Johannes (✝︎1616) à Hüttwilen, Hans Heinrich (1630-1691) à Kurzdorf et Frauenfeld, ainsi que Georg Peter (1726-1776), proviseur et pasteur à Kurzdorf. Au XIXe s., Johann Peter (->) et Johann Kaspar (->) se distinguèrent, l'un comme politicien, l'autre comme historien. Les M. exercèrent ensuite diverses professions, tels Oscar (1883-1941), architecte, et Walter (1892-1976), météorologue et directeur de l'observatoire physico-météorologique de Davos. Une branche des M. émigra à Lyon, puis à Naples, et prit le nom de Meuricoffre. Du XVIIIe au XXe s., ils furent négociants et banquiers. Aux XIXe et XXe s., ils représentèrent la Suisse en qualité d'agent ou consul général à Naples, comme Achille (1793-1840), Georges (1795-1858), Oscar (->) et John (1856-1931).

Sources et bibliographie

  • Fonds Meuricoffre, StATG
  • Fonds Wenner, StASG
  • H. Hasenfratz, Bürgerbuch der Stadt Frauenfeld, ms., 1913, 160-166 (StATG)
  • B. Gruber-Meuricoffre, «Die Familie Meuricoffre in Neapel», in ThBeitr., 82, 1945, 1-42