de fr it

Peyer im Hof

Famille bourgeoise de Schaffhouse. A ne pas confondre avec les Peyer mit den Wecken. Selon la chronique de Johann Jakob Rüeger, les Peyer arrivèrent à Schaffhouse avec la famille Cron de Tengen (Hegau). Ils sont attestés à partir du XIVe s. à de nombreuses reprises. Johannes Peyer von Tengen devint abbé d'Allerheiligen (1425). Son neveu Hans (->) fut évêque d'Orange (1454-1467). Vers 1525, une branche de la famille prit le nom de P., d'après son domicile "im Höfli" (près de l'école latine). Bernhardin, membre de la société des seigneurs, passe pour en être l'ancêtre. Après le passage de Schaffhouse à la Réforme, un fils de Bernhardin, Hans Leopold, resté catholique, s'établit à Lucerne, devenant la souche d'une famille patricienne de la ville. Cette lignée a donné des politiciens, notamment Franz Joseph Dominik (->), des ecclésiastiques, des officiers et des savants. Hans Ludwig, petit-fils de Hans Leopold, fut secrétaire de ville à Willisau. La branche lucernoise s'éteignit au milieu du XIXe s. Quelques membres de la famille quittèrent Lucerne pour s'établir en Alsace, où ils firent carrière dans l'armée du roi de France sous le nom de Peyerimhoff de Fontenelle. D'autres P., renonçant à la bourgeoisie de Schaffhouse en 1572 en raison de leur foi, s'établirent à Baden, par exemple Anton, qui y devint avoyer en 1614. La famille P. de Schaffhouse est à son apogée au début du XVIIe s. Nombre de ses représentants, notamment Hans Ulrich (->), Johann Conrad (->), Johann Conrad (1754-1812), brigadier au service de Sardaigne, Johann Jacob (->) et Matthäus (->), occupèrent jusqu'au XVIIIe s. de hautes fonctions militaires, politiques et judiciaires. Le membre le plus éminent de la famille fut le conseiller national Friedrich (->).

Sources et bibliographie

  • Familie Peyer, AV Schaffhouse
  • J.J. Rüeger, Chronik der Stadt und Landschaft Schaffhausen, 2, 1892, 883-889
  • B. de Peyerimhoff, Zur Familiengeschichte des nach der Reformation katholisch gebliebenen Zweiges der Peyer von Schaffhausen, 1963 (StASH)