de fr it

Schalch

Ancienne famille bourgeoise de Schaffhouse, aussi orthographiée Schalgk ou Schalk, mentionnée dès 1475 avec Heinrich. Celui-ci acheta la maison zur Kleinen Kante à la Fronwagplatz. En 1498, Hans Schalgk le Jeune acheta un domaine et une grange dans la partie supérieure de la ville neuve; Ulrich Schalgk et Hans Schalgk sont cités comme conseillers respectivement en 1507 et entre 1525 et 1530. On ne peut pas prouver les liens de parenté entre ces premières mentions et les S. ensuite connus à Schaffhouse. Trois branches remontent à Beat, Hans et Ulrich qui vécurent au XVIe s. Quelques S. occupèrent des charges municipales; onze furent prévôts de la corporation des Forgerons entre 1520 et 1730, d'autres baillis, Matthäus (->) et Christoph (->) bourgmestres. Au XIXe s., Franz Adolf (->) fut conseiller national. Certains membres se distinguèrent dans la carrière militaire et dans des professions scientifiques ou artistiques. Outre quelques théologiens, comme le doyen Johann Georg (->) et le pasteur Johann Jakob (1797-1837), les S. comptèrent également des médecins, des pharmaciens, des instituteurs et des juristes. Le scientifique le plus connu fut Ferdinand (->), géologue. Dans les métiers des arts appliqués, on peut citer des architectes, des techniciens, des peintres, tel Johann Jakob (->), des graveurs, des peintres sur porcelaine et sur verre, des sculpteurs de cire, comme Johann Heinrich (->), des dessinateurs, et enfin des orfèvres (Hans Georg, 1700-1784). Tobias (1661-1738) fut le premier d'une lignée de fondeurs de cloches et de canons qui donna sept autres représentants de la profession. Toutefois, Andreas (1692-1776), le fondeur de cloches qui créa et dirigea de 1716 à 1776 la fonderie de canons Woolwich en Angleterre, n'est pas un descendant de Tobias.

Sources et bibliographie

  • Genealogisches Register der Stadt Schaffhausen (J.L. Bartenschlager), 8; (H.W. Harder), 9, AV Schaffhouse