de fr it

Lusser

Plus ancienne famille uranaise existant encore aujourd'hui, dont le nom apparaît en 1257, en relation avec la guerre des Izzeli-Gruoba. Les L. étaient communiers d'Erstfeld, Schattdorf et Altdorf, propriétaires terriens à Altdorf et dans le Schächental. Le premier homme politique d'envergure fut Werner (✝︎1491), enseigne du canton et bailli de Thurgovie en 1466-1467. Il représenta la Confédération des VIII cantons lors de missions importantes à l'intérieur et à l'extérieur des frontières, notamment à Paris et à la cour du duc de Milan. Toutes les lignées encore existantes dans le canton d'Uri descendent de lui. Avec Jakob (1580-1651) et son fils du même nom, tous deux trésoriers en 1635 et 1653 respectivement, ainsi qu'avec Johann Martin (1648-1690), enseigne en 1689 et Karl Balthasar (1677-1727), trésorier de 1715 à 1719, quatre représentants de la branche d'Altdorf occupèrent des postes élevés aux XVIIe et XVIIIe s. Les L. combinèrent parfois activité politique au pays et service étranger. Quelques-uns d'entre eux furent pharmaciens ou médecins, notamment Karl Franz (->). Beaucoup devinrent membres du Conseil ou baillis, ou appartinrent au clergé régulier ou séculier. Au début du XIXe s., les L. accédèrent au cercle des familles les plus influentes en matière de politique et de culture dans leur canton. Entre 1803 et 1950, de la branche d'Altdorf, Karl Franz (->), Franz (->), Florian (->) et Josef Werner (->) furent landamman et Franz (->), Florian (->), Josef Werner (->) et Josef (->) conseillers d'Etat; la même branche compte encore quelques membres du Conseil, trois chanceliers et un grand nombre de hauts fonctionnaires de la justice et de l'administration, notamment Florian (->). Durant la même période, parmi les L. d'Altdorf, Augustin (->), Florian (->) et Franz (->) furent conseillers d'Etat, et Florian (->) ainsi que Josef Werner (->) conseillers nationaux. Dans la famille, les politiciens furent presque sans exception des conservateurs; seul Josef (->) défendit des positions libérales. Avec lui et Karl Borromäus (->), les L. furent aussi au XIXe s. des pionniers de la presse. On doit à Karl Florian (->) et à Karl Franz (->) d'importants travaux folkloriques et historiques. Au XXe s., les ingénieurs Franz Vital (->), Florian (->) et Armin Oskar (->) ainsi que les banquiers comme Markus (->) jouèrent un rôle important. Une branche s'installa à Zoug, où elle remplit des fonctions élevées.

Sources et bibliographie

  • AFam, StAUR
  • Almanach généal. suisse, 4, 332-339
  • A.O. Lusser, «Entstehung und Bedeutung des urschweizerischen Familiennamens Lusser», in Archiv für Schweizerische Familienkunde, 2, 1945, 1-20
  • U. Kälin, Die Urner Magistratenfamilien, 1991