de fr it

Franzoni

Famille bourgeoise de Cevio, mentionnée pour la première fois en 1413 avec Lamberto, consul de Cevio. Son origine est incertaine: selon une chronique locarnaise de 1636 (reprise d'une chronique de Dijon), le fondateur aurait fui la France au Xe s. et se serait installé à Cimalmotto. Selon une autre hypothèse, les F. descendraient de Walser originaires du val d'Ossola. En 1514, Filippo Bernardo, notaire, fit partie de la commission chargée d'élaborer les statuts du val Maggia. En 1558, Giovanni acquit la bourgeoisie de Locarno, mais, avant la fin du XVIIIe s., aucun membre de la famille n'y résida durablement. Le pouvoir économique des F. était considérable: outre de nombreuses terres et des immeubles dans le val Maggia, dans la région de Locarno, dans la plaine de Magadino, ils disposaient de liquidités importantes qu'ils prêtaient aux autorités, aux communes et aux particuliers. Ils accaparèrent, sous l'Ancien Régime, les principales charges publiques du val Maggia, en particulier la chancellerie qu'ils gardèrent pendant deux siècles et demi. Ils comptèrent aussi dans leurs rangs des lieutenants baillivaux, des interprètes, des percepteurs, des bannerets, des trésoriers, des capitaines de milice, des députés, des consuls. Cette concentration de pouvoir favorisa la formation d'une sorte d'oligarchie, contre laquelle les habitants de la vallée tentèrent à plusieurs reprises de se rebeller. Ces initiatives n'aboutirent presque jamais, car les F. jouissaient d'un grand crédit auprès des cantons souverains, qui appréciaient leur loyauté et leur soutien politique. Toutefois leur rôle ne fut pas seulement négatif. En effet, si certains profitèrent de leur position pour imposer leur politique et s'enrichir, d'autres utilisèrent leur influence pour défendre la vallée auprès des cantons souverains et s'opposer aux abus des baillis. Ils furent en outre généreux avec la communauté, faisant édifier églises, oratoires et chapelles (Madonna del Ponte à Cevio), fondant des prébendes et léguant de fortes sommes. On peut souligner le haut niveau culturel de nombreux membres de la famille qui, avant et après 1798, année qui marque la fin de leur prédominance dans la vallée, eut dans ses rangs des notaires, des hommes politiques, des ecclésiastiques, des artistes, des militaires de carrière et des lettrés. Les F. introduisirent dans le val Maggia l'exploitation rationnelle de la forêt et le commerce du bois.

Sources et bibliographie

  • Fonds Tommaso et Alberto Franzoni, ASTI
  • F. Filippini, «Genealogia dei Franzoni dal 1400 al 1945», in RST, 1945, 1030-1032, 1054-1056, 1076-1078
  • M. Signorelli, Storia della Valmaggia, 1972