de fr it

Oldelli

Famille de notaires originaire de Meride, attestée depuis la première moitié du XVe s. et encore existante. Dans les premières décennies du XVe s., Zanolo dit Oldello et son fils Andreolo acquirent un important patrimoine foncier à Meride et dans ses alentours. Participant activement à l'administration locale, la famille s'imposa dans le village au XVIe s., puis dans tout le Sottoceneri au XVIIe s., grâce à des charges publiques dans les bailliages de Mendrisio et de Lugano ainsi qu'à des alliances matrimoniales qui lui garantirent des liens étroits avec les autres familles dirigeantes de la région (par exemple les Torriani, les Buzzi et les Quadri). Les O. furent avant tout des notaires, comme Andrea, fils de Sebastiano, et Giovanni, fils de Matteo, cités en tant que notaires de la communauté de Lugano au XVIe s. De nombreux membres de la famille furent aussi commerçants, artisans, militaires et ecclésiastiques comme l'érudit Gian Alfonso (->). L'importance sociale des O. dans la communauté, caractérisée aussi par certains traits autoritaires, s'accrut grâce au prêt à intérêt et au contrôle qu'ils exerçaient sur la correspondance des émigrants avec leurs proches illettrés, surtout entre le XVIIe et le XIXe s. Les notaires O. conservèrent ces documents; leurs archives familiales constituent ainsi un recueil de sources exceptionnel. Egalement touchée de près par l'émigration, la famille compta de nombreux artistes et artisans qui s'installèrent dans différents pays européens. Le plus connu est certainement le stucateur Giovan Antonio (->), mais ses petits-fils Santino, Stefano, Ignazio et Giuseppe bénéficièrent aussi d'une certaine renommée. Malgré leurs absences prolongées, les O. réussirent à garder de manière constante leur autorité sur Meride: ils s'occupèrent, même à l'étranger, des affaires de la famille et de la communauté et exercèrent souvent, lorsqu'ils étaient présents dans le village, la charge de consul de la commune.

Sources et bibliographie

  • AFam, ASTI
  • Fonds notarial général, ASTI
  • A. Lienhard-Riva, Armoriale ticinese, 1945
  • G. Martinola, Lettere dai paesi transalpini degli artisti di Meride e dei villaggi vicini, 1963
  • P. Barakat-Crivelli, «Emigrazione temporanea d'ancien régime: la famiglia Oldelli di Meride», in Emigrazione, un problema di sempre, 1991, 93-124
  • E. Mango Tomei, Le fonti del diritto del Cantone Ticino, 1991, 426
  • R. Merzario, Anastasia, ovvero la malizia degli uomini, 1992
  • R. Merzario, «Il notaio e l'emigrante», in Cultura d'élite e cultura popolare nell'arco alpino fra Cinque e Seicento, éd. O. Besomi, C. Caruso, 1995, 233-244