de fr it

Allet

Famille de patriciens valaisans. Elle apparaît au XIVe s. à Loèche en la personne d'Aymon (1315) et à Sion avec Antoine (1338). Une branche, bourgeoise de Sion aux XVe et XVIe s., s'éteignit en 1591 avec Antoine, bourgmestre. Louis sera nouvellement admis dans la bourgeoisie de Sion en 1893, son frère Oswald (->) en 1904. Aux XVIe et XVIIe s., trois générations de descendants du grand bailli Pierre (->) professèrent la foi réformée. Parmi eux, Barthélemy (->) et Samuel, grand-major de Nendaz de 1644 à 1646, qui émigra vers 1651 à Berne où il reçut la bourgeoisie en 1660. Avant 1798, la famille joua un rôle dominant dans le dizain de Loèche: elle lui donna dix-sept majors et sept bannerets, comme François-Alexis (->) et Jacques (->). Son influence dans le pays fut considérable: elle eut un grand bailli, cinq gouverneurs de Saint-Maurice et deux de Monthey, deux châtelains de Vionnaz-Bouveret. Entre le XVIe et le XVIIIe s., elle jouit d'une haute considération et s'allia aux Roten, Mageran, Stockalper, Riedmatten et Ambühl. Eugène (->) fut conseiller d'Etat de 1828 à 1837 et son fils Alexis (->) de 1855 à 1870. La famille compta de nombreux officiers au service de France, de Naples et du pape, tel Eugène (->). Elle offrit à l'Eglise quatre chanoines de Sion, trois rédemptoristes et plusieurs curés de Loèche. Au XVIIe s., des A. acquirent par mariage la copropriété des bains de Loèche-les-Bains et de la seigneurie de Cretta-Daval sise entre Chalais et Chippis. Grâce à l'union d'Eugène (->) et de Geneviève de Augustini, la famille hérita du château épiscopal de Loèche (propriété de la commune dès 1934). Les A. actuels descendent de Jacques (->).

Sources et bibliographie

  • Almanach généal. suisse, 6, 1-7
  • Armorial valaisan, 1946, 5-6