de fr it

deCourten

Famille originaire de la ville lombarde de Cantù. Le nom apparaît d'abord sous la forme de Curti, puis Curtig, Curtoz, Curto, Curten et enfin C. La particule, portée dès le XVIIIe s., fut confirmée par le diplôme impérial de 1742 accordant le titre de comte aux frères Pierre-Anne (->) et Maurice (->). Arrivés en Valais par le col du Simplon, les C. s'établirent à Simplon, puis à Brigue, où Johann fit construire dans l'église de Glis un autel à la Sainte-Trinité. L'alliance entre son fils Antoine (->) et Jeanne de Rarogne fit passer dans la famille de nombreux biens situés dans la région de Sierre et du val d'Anniviers. A la mort d'Antoine, sa descendance se partagea en deux lignes: la cadette resta à Brigue où elle s'éteignit vers 1543. L'aînée s'installa à Sierre où elle connut un rapide essor. Elle compta quatre grands-baillis, de nombreux bannerets, capitaines de dizain et châtelains et, dès le XVIe s., de nombreux officiers au service étranger (France, où un régiment porta leur nom de 1690 à 1792, Piémont, Espagne, Angleterre, Saint-Siège). Au XIXe s., les C. jouèrent fréquemment un rôle dans la politique locale et cantonale, plus rarement dans la politique nationale. La famille se subdivisa à nouveau. La première ligne descend d'Etienne (1603-1651), grand-châtelain de Sion, gouverneur de Saint-Maurice et capitaine en France. En provient la branche française de Valenciennes, dès Jean-Hildebrand (1666-1737), qui acquit en 1754 la terre et la seigneurie de Bazoncourt (Moselle), ainsi que celle de Berlize, village voisin, en 1781. Elle devint aussi propriétaire du village et des terres de Solère, en Piémont. Les C. firent construire plusieurs maisons à Sierre, dont celle dite Pancrace de C. (actuel conservatoire de musique et Musée Rilke), la maison de la Cour (actuel hôtel de ville) et le château du grand-bailli Jean-Antoine de C. (->), actuelle cure de la paroisse Sainte-Catherine.

Sources et bibliographie

  • E. et J. de Courten, Famille de Courten, 1885, 59, 173
  • Almanach généal. suisse, 2, 97-108; 6, 101-124
  • Biner, Autorités VS, 279-280