de fr it

Kuntschen

Famille valaisanne, mentionnée pour la première fois en 1364. Antoine, cité dans un document de 1393, venait de Simplon-Village, et son fils Jean est alors notaire à Ried-Brigue. La famille s'enrichit au service des grandes maisons féodales et dans le notariat. Une branche devenue bourgeoise de Sion en 1494 fera partie du patriciat. Elle s'associa activement à la lutte des patriotes contre les pouvoirs du prince-évêque et adhéra momentanément à la Réforme avec Martin (->). Les K. furent consuls (soit bourgmestres) de Sion, de père en fils, pendant six générations successives, de Jean, en 1495, à Jean Jodoc (✝︎1705). Militaires, propriétaires terriens à la fin de l'Ancien Régime, ils se tournèrent à nouveau dès le début du XIXe s. vers le notariat, le barreau et la politique, seuls moyens de maintenir leur niveau de revenus et leur prestige social.

Sources et bibliographie

  • Almanach généal. suisse, 6, 329-334
  • J. Fayard Duchêne, «Une famille au service de l'Etat pendant six s.», in Vallesia, 48, 1993, 273-366