de fr it

deRivaz

Famille patricienne valaisanne, probablement originaire d'Evian où les Derivaz (graphie primitive) étaient bourgeois au XIIe s., ou de Saint-Maurice. Le premier Derivaz mentionné dans les registres de Saint-Gingolph est Pierre, en 1337. Neuf générations dont l'intérêt historique est plutôt local se succédèrent jusqu'au XVIIe s. Les R. commencèrent alors leur ascension sociale avec Etienne (1675-1753), notaire, qui conclut en 1702 un mariage avantageux avec Anne-Marie Cayen, sœur d'un avocat au Sénat de Savoie. De leurs deux fils, Pierre (->) fut l'ancêtre de la branche aînée, Charles Joseph de la branche cadette. Etienne obtint de la République des VII dizains, pour lui et ses descendants, des lettres de "franc patriote" (citoyenneté valaisanne) pour le récompenser des liens profitables qu'il entretenait avec les sujets savoyards du roi de Sardaigne. La famille acquit la seigneurie du Miroir, près d'Amphion, au début du XVIIIe s. Dans la seconde moitié du XVIIIe s., les descendants d'Etienne scindèrent leur nom pour se distinguer des autres Derivaz, dont le patronyme existe encore dans le Bas-Valais au début du XXIe s. Les deux branches des R. se distinguèrent avec Charles Emmanuel (->), Anne Joseph (->), Pierre Emmanuel Jacques (->) ou Isaac (->). En 1823, le roi de Sardaigne éleva Charles Emmanuel au rang de comte à titre héréditaire. Les R. influencèrent la politique locale et cantonale, notamment Charles Emmanuel lors de la période allant de 1790 à 1815 qui coïncide avec l'entrée du Valais dans la Confédération. Des quatre fils de Pierre, aucun n'eut de descendant et la branche aînée s'éteignit en 1836 avec Anne Joseph. Les R. actuels de la ligne patricienne descendent de Charles Joseph.

Sources et bibliographie

  • S. Guzzi-Heeb, Donne, uomini, parentela, 2007
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF