de fr it

Roten

Famille originaire d'Embd, où elle fit partie de l'élite locale, étroitement liée à l'histoire du Valais depuis le Moyen Age. Elle porta d'abord le nom de Emda, puis ze Roten ou ze Roten alias de Emda et enfin R. dès le XVIIe s. Le premier membre connu est Wilhelmus de Emda, mentionné en 1304. Au XIVe s., la famille possédait des fiefs et des droits de dîme de l'Eglise de Sion, qu'elle vendit en 1403 aux communes. Elle s'établit vers 1350 à Stalden, Viège et Baltschieder et au XVe s. à Sion et Rarogne. La branche de Sion s'éteignit en 1490 et celle de Viège en 1550. L'ancêtre de la branche de Rarogne (prénom inconnu) acquit en 1432 une tour d'habitation qui devint le siège des R. à Rarogne, avant que Nikolaus ne construise au Stalden en 1555 la maison qui sera la résidence familiale durant des siècles. Sous l'Ancien Régime, la lignée fut la plus influente du dizain de Rarogne. Jusqu'en 1798, elle compta notamment quatre grands baillis, soit Christian Georg (->), Johann Christian (->), Johannes (->) et Johannes (->), quinze gouverneurs, dont Hildebrand (->), Johannes, (->) et Nikolaus (->), ainsi qu'un prince-évêque de Sion (Johann Hildebrand, ->). Elle posséda des propriétés considérables à Rarogne, Eischoll, dans la vallée de Tourtemagne, puis à Sierre et Sion dont elle reçut la bourgeoisie en 1584. Les fils de Johann Christian donnèrent naissance à deux lignées à Rarogne: Johann Josef (∗︎1680) fonda la branche aînée (auj. à Sion, Majorque et en Argentine) et Christian Georg la cadette (auj. surtout à Rarogne et Sion). Après la révolution helvétique, la famille retrouva bientôt son influence sociale et politique et donna après 1815 un évêque (Maurice Fabien, ->), vingt députés au Grand Conseil (Hans Anton, ->; Heinrich, ->; Leo Luzian, ->), plusieurs juges, deux conseillers d'Etat (Leo Luzian, ->) et des conseillers nationaux et aux Etats (Peter, ->). Adolfo (1818-1894), le fils d'Anton (->) et propriétaire foncier à Majorque, est l'ancêtre de la branche espagnole. Au XXe s., on retiendra le curé et historien Hans Anton (->) et le couple formé par Iris (->) et Peter cité ci-dessus.

Sources et bibliographie

  • Almanach généal. suisse, 6, 597-606
  • Armorial valaisan, 1946, 218