de fr it

Schiner

Famille valaisanne, originaire de Mühlebach (auj. comm. Ernen) dans la vallée de Conches, attestée depuis le milieu du XIVe s. avec Nikolaus Znitweg. Matthäus (cité de 1432 à 1467), son petit-fils, fut le premier à porter le nom de S. L'ascension initiale de cette famille de paysans de montagne et d'artisans est indissociable de celle de l'évêque Nicolas (->). Devenu riche grâce à des charges ecclésiastiques, cet homme favorisa la cohésion des S. et leur sens de la famille, en faisant des donations et en confiant des fonctions lucratives à ses proches. Son neveu, le cardinal Mathieu (->), conduisit les S. au sommet de leur puissance, vers 1500. La rapide ascension, l'arrogance et l'autoritarisme du cardinal, ainsi que l'appât du gain de ses frères Kaspar et Peter leur suscitèrent toutefois des adversaires qui provoquèrent la chute des S. Malgré tout, la famille, qui avait acquis la bourgeoisie de Sion en 1509, se releva et se ramifia à Ernen, Fiesch, Fieschertal et Bellwald. Matthäus (->), fils de Kaspar, grand bailli et chef des catholiques contre les protestants à Sion et à Loèche, est à l'origine d'un nouvel essor. Son arrière-petit-fils Johann Fabian (->) fut également grand bailli au XVIIIe s. Quatre fils de ce dernier firent une carrière ecclésiastique, trois une carrière politique, alors que quatre de ses filles épousèrent des hommes de familles valaisannes montantes. Les S. donnèrent six gouverneurs, dont Hildebrand (->), un ministre de la Guerre de la République helvétique avec Franz Joseph Ignaz (->), ainsi que de nombreux fonctionnaires du dizain de Conches et dignitaires ecclésiastiques, comme Jean-Georges (->) ou les deux Martin (->, ->). Après la fin de la République du Valais, en 1798, la famille n'eut plus de rôle dans la vie politique. Une modeste branche vit encore à Ernen, où deux demeures imposantes rappellent le prestige passé de la famille.

Sources et bibliographie

  • J. Lauber, «Geschichtliche Notizen zur Stammtafel der Familie Schiner», in BWG, 6, 1924, 372-410
  • H.A. von Roten, «Zur Geschichte der Familie Schiner», in BWG, 14, 1967/1968, cah. 2, 161-220