de fr it

deWolff

Famille patricienne valaisanne, qui descendrait des Castillione, chevaliers et donzels de Niedergesteln, et qui portait au XIIIe s. le surnom de Lupus (loup, soit Wolf en all.). Barthélemy, fondateur de la branche de Sion, fut reçu bourgeois de cette ville en 1489. Banquier, négociant et familier du cardinal Mathieu Schiner, il acquit en 1511 la maison de maître Malacors (rue de Savièse), siège de la famille aujourd'hui encore. En 1513, il se vit accorder une lettre de noblesse par l'empereur Maximilien Ier (confirmée par Maximilien II en 1572). Quelques W. s'illustrèrent comme officiers au service étranger, tel Edouard (->), général de brigade. A l'époque moderne, cinq W. furent bourgmestres de Sion, deux vice-grands baillis du Valais, dont Nicolas (->), et plusieurs occupèrent des charges dans le dizain. Certains furent prêtres et dignitaires du chapitre cathédral. L'intérêt historique de la famille réside moins dans les charges spirituelles et temporelles exercées que dans sa continuité et son enracinement à Sion.

Sources et bibliographie

  • Almanach généal. suisse, 6, 784-790
  • A. de Wolff et al., Chronique de Malacors, 1989