de fr it

CramerZH

Famille patricienne de Zurich. Reçue à la bourgeoisie en 1363, entrée au Grand Conseil en 1489 et au Petit Conseil en 1505, elle fournit au XVIe s. de nombreux conseillers et baillis. Heinrich (✝︎1608), fondateur du fonds de famille, fut avoyer (président du tribunal de la ville), un autre Heinrich, vice-bourgmestre en 1593. Rudolf (✝︎1705) acquit en 1676 le château et la seigneurie de Maur, que ses héritiers conservèrent jusqu'en 1740. Firent des carrières militaires le conseiller Johann (✝︎1519), membre du conseil de guerre à la bataille de Novare, son neveu Stefan (✝︎1529), secrétaire de la garde pontificale à Rome, rapporteur de la bataille de Rimini en 1517, qui participa au sac de Rome en 1527, ainsi que Caspar (✝︎1755), colonel du régiment Escher, qui se distingua au siège de Lille. Plusieurs membres de la famille furent pasteurs ou savants, tel Jacob (✝︎1709), professeur de théologie à Herborn (Hesse), auteur de la Theologia Israelis et à qui fut confiée la réorganisation du fonds oriental de la bibliothèque royale de Paris. D'autres s'illustrèrent dans le textile et la banque: Johann (✝︎1742), de la maison C.-Hottinger, son neveu Heinrich (✝︎1820), directeur de la chambre de commerce, puis propriétaire de la maison de soierie C.-Werdmüller; le fils de ce dernier, Conrad (✝︎1841), administrateur du couvent de Saint-Blaise et propriétaire de la banque C.-Tauenstein, et son fils, Heinrich (✝︎1858), membre du Conseil de ville et chef de l'entreprise de soierie C. zum Bären, qui introduisit l'industrie de la toile dans le canton de Zurich en 1841. Les fils de Heinrich partirent pour Milan en 1850: Giovanni (✝︎1909) et Enrico (✝︎1900) créèrent des entreprises de soierie; Corrado (✝︎1918), présent avec sa propre ambulance chirurgicale à la bataille de Solferino en 1859, fonda l'Asilo evangelico à Milan et l'hôpital pédiatrique de Zurich. Son petit-fils Robert découvrit l'hémophilie B en 1951. Les descendants de Hans Rudolf (✝︎1835), propriétaire de la soierie C.-von Gonzenbach, furent négociants en gros à Smyrne (Empire ottoman, aujourd'hui Turquie). La famille compte actuellement des citoyens suisses, italiens et français.

Sources et bibliographie

  • Almanach généal. suisse, 1, 79-81; 4, 138-146; 5, 147-149
  • R. Cramer, «Dr. med. Conrad Cramer-de Pourtalès, 1831-1918», in ZTb 1973, 1972, 73-83
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF