de fr it

Schinz

Famille bourgeoise de Zurich. Le premier S. connu dans la ville est Jecli, qui habitait en 1362 dans la maison de Johan von Leon. Walther et Jenni le Jeune, tous deux d'Oberrieden et peut-être frères, devinrent bourgeois de Zurich, le premier en 1379, le second en 1386. L'ancêtre généalogiquement prouvé est Rudolf (✝︎1532), batelier. Son fils Lorenz (✝︎1570) fut le premier S. au Grand Conseil (1569). Au XVIIIe s., trois S. furent admis au Petit Conseil, dont Johann Heinrich (->). Toutes les branches de cette famille très ramifiée donnèrent aux XVIe et XVIIe s. des artisans, surtout des boulangers, comme Hans Heinrich (->), ou alors des ecclésiastiques, à l'instar de Heinrich (->), de trois Johann Heinrich (->, ->, ->) et Johann Rudolf (->). Dès la fin du XVIIe s., les S. se tournèrent vers le commerce. Wilhelm (->) et son frère Caspar (1670-1724) fondèrent la branche des commerçants en s'établissant comme fabricants de soieries au Florhof. Au XVIIIe s., les S. comptaient parmi les fabricants les plus importants de la ville.

Sources et bibliographie

  • Almanach généal. suisse, 3, 391-400
  • H. Schulthess, Kulturbilder aus Zürichs Vergangenheit, 2, 1935

Suggestion de citation

Hürlimann, Katja: "Schinz", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 20.07.2010, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/023837/2010-07-20/, consulté le 20.09.2020.