de fr it

WirzZH

Famille bourgeoise de Zurich, dont l'ancêtre est probablement Johannes, aubergiste d'Erlenbach, attesté pour la première fois en 1364. La généalogie d'avant 1450 n'est pas certaine. Hensli, petit-fils de Johannes, admis à la bourgeoisie de Zurich en 1422, fonda la branche la plus importante des W., celle des ammans d'Uerikon. Il existe des incertitudes généalogiques concernant d'autres petits-fils ou fils de Johannes, dont certains furent aussi reçus bourgeois de Zurich (1381, 1383, 1401). Ruedi, fils de Johannes, obtint en fief une partie du Johanneshof d'Uerikon, où il s'établit (1401). Ulrich, sans doute son frère et père de Hensli, fut le premier W. amman d'Einsiedeln à Uerikon (1403). La famille garda cette charge jusqu'en 1548, comptant huit ammans en six générations. Aux XVe et XVIe s., les W. furent aussi ammans dans la campagne zurichoise et intendants des hospitaliers de Saint-Jean de Wädenswil. A la fin du XVe s. déjà, ils faisaient partie des familles zurichoises les plus riches. En 1492, ils acquirent d'Albert de Bonstetten une lettre d'armoiries confirmant leur élévation au rang de chevaliers et, au XVIe s., portèrent le titre de Junker. Les nombreuses alliances avec des familles de Junker, notamment celles de Cham, soulignent le prestige de la famille aux XVe et XVIe s. Les W. furent membres du Grand Conseil de Zurich dès 1415 et du Petit Conseil dès 1444. Au milieu du XVIe s., ils obtinrent cinq sièges dans la société noble des Schildner zum Schneggen, mais ils les perdirent, tout comme le titre de Junker, au cours du XVIIe s., et rejoignirent la classe des artisans et des pasteurs. Aux XVIIIe et XIXe s., les W. furent surtout épiciers, secrétaires, ecclésiastiques et chirurgiens. Une branche fut active dans la production de la soie au XIXe s. Un fonds familial fut institué en 1804 par le pasteur Leonhard (1748-1804)

Sources et bibliographie

  • C. Keller-Escher, Promptuarium genealogicum, s.d. (ZBZ)
  • Almanach généal. suisse, 1, 663-670; 7, 653-687
  • D. Sauerländer, «1492 und 1531. Die Wirz bauen die Ritterhäuser», in Wohnen und Leben in den Üriker Ritterhäusern, 1993, 27-42