de fr it

Wolf

Famille bourgeoise de Zurich. Ses origines remontent à Wernli, de Honrain-Wollishofen, admis à la bourgeoisie de Zurich en 1351. Jusqu'au milieu du XVIe s., les W. furent exclusivement pêcheurs. Johannes (->), fondateur de la branche dite de Windegg, délaissa cet état pour étudier la théologie; dès lors, on trouve des érudits à presque chaque génération. Le fils homonyme (->) de Johannes reprit l'imprimerie Froschauer. Les petits-fils de l'ancêtre de la branche de Windegg sont à l'origine de cinq rameaux. Celui de Hans Heinrich (1590-1629), qui reprit de son père Hans Ulrich (->) les mines du Gonzen et fonda la Société de musique de Zurich, donna par génération (six en tout) au moins un pasteur jusqu'au début du XIXe s. Les membres de ce rameau, auquel appartient Erhard (->), furent aussi artisans ou aubergistes. Le rameau de Hans Ulrich (1592-1658), apothicaire, compte quatre générations d'orfèvres et s'éteignit au milieu du XIXe s. Celui issu de Hans Jakob (1601-1641), éteint au début du XVIIIe s., donna surtout des savants. Parmi les W. du rameau de Hans Rudolf (1603-1645), éteint au début du XIXe s., on trouve principalement des confiseurs durant quatre générations. Hans Wilhelm (->) se rattache au rameau que fonda son homonyme (1604-1659) et qui s'éteignit au XIXe s. Kaspar (->), frère du premier Johannes cité, est à l'origine de la branche dite de Bach, qui donna des pasteurs, des hommes d'Etat et des officiers importants, des marchands, des manufacturiers et des artisans. Comptant une quarantaine de membres du Grand Conseil et dix-sept du Petit Conseil, les W. appartinrent aux familles les plus influentes de la politique zurichoise. Six d'entre eux furent baillis à partir de 1601. Les W. furent continuellement représentés dans la société noble des Schildner zum Schneggen dès 1574. Un héritage, en 1773, leur donna une part de la seigneurie justicière de Turbenthal, dont le château resta propriété de la famille jusqu'au XXe s.

Sources et bibliographie

  • Almanach généal. suisse, 2, 599-604; 7, 687-695
  • B. Körner, éd., Deutsch-Schweizerisches Geschlechterbuch, 1, 1923