de fr it

Hegner

Famille originaire de la région de Hegi-Elgg, reçue bourgeoise de Winterthour en 1430 où elle joua un rôle dominant jusque vers 1800. On retrouve des noms de famille semblables à Winterthour (1259), Zurich (1333), Stadelhofen (auj. comm. Zurich), Kloten (1311), Elgg (1374) et plus tard à Wil (ZH). Jusqu'en 1500, l'orthographe oscilla entre Heg[i]n[ow]er et Hegowler. En 1492, Gebhart (✝︎1516) reçut d'Albert von Bonstetten des armoiries impériales représentant une doloire avec une étoile noire à cinq, puis six pointes sur fond d'azur.

Entre 1508 et 1798, les H. fournirent à Winterthour onze avoyers sur cinquante et un, occupant ainsi la charge pendant 150 ans sur 290 (Salomon ->). Trente membres de la famille siégèrent au Petit Conseil et septante au Grand Conseil. L'administration de nombreuses seigneuries et d'importants domaines augmenta leurs revenus. En tant que secrétaires de la ville, onze membres de la famille se trouvèrent au centre des échanges commerciaux; quatorze autres furent secrétaires des bailliages intérieurs et extérieurs du comté de Kibourg (Ulrich ->), office qui dans les faits était devenu héréditaire. La famille entretenait et consolidait par sa politique matrimoniale des liens étroits avec la classe dirigeante zurichoise. Ses placements de capitaux augmentèrent son influence dans les campagnes. On compte également parmi eux trente et un médecins (onze avec un doctorat et six médecins de la ville), dix-sept ecclésiastiques, dix-huit tanneurs, cinq aubergistes et six bouchers. Tous exerçaient les professions les plus respectables et les plus lucratives. Les H. gagnèrent également en prestige en présidant le collège de musique (la société la plus estimée de la ville) entre 1679 et 1800, et en étant, tout comme la famille Steiner, membres héréditaires de la société noble de la Herrenstube.

Les branches de Stein am Rhein, où les H. furent secrétaires de la ville et membres du Petit Conseil, et de Lucerne, ville dont Gebhart (->) obtint la bourgeoisie en 1576, semblent s'être éteintes assez rapidement. Une autre branche apparut à Kloten dans la seconde moitié du XVIIe s. De nombreux représentants de la famille s'expatrièrent pour des raisons confessionnelles, commerciales ou militaires (service étranger); Laurenz (1733-1807) noua des contacts à Bordeaux, Nuremberg, Francfort, Hambourg et Amsterdam.

Après 1814, la famille perdit rapidement sa position dominante à Winterthour. Hans Ulrich (1774-1839) fut le seul à être élu au Conseil de ville (1816-1839). Ulrich Reinhart (1791-1880), confiseur, papetier, imprimeur et éditeur du Landbote (1836-1857), devint célèbre en fondant le Comptoir littéraire (1840) qui, dans les années 1841-1845, sous la direction de Julius Fröbel, diffusa les écrits révolutionnaires allemands. Son fils Petrus Reinhard (1832-1909), médecin, fut président de la Société des médecins, membre de celle des sciences naturelles et de la Herrenstube. Salomon (->) se fit un nom comme ingénieur civil. En 1893, la famille devint également bourgeoise de Zurich. Elle n'est plus représentée à Winterthour depuis 1915.

Sources et bibliographie

  • AV Winterthour (doc., actes, livres des secrétaires de la ville et baillivaux)
  • Fonds Ulrich Hegner, BV Winterthour (doc. iconographiques et mss.)
  • Actes notariés du bailliage de Kibourg, StAZH
  • Généal., ZBZ
  • Almanach généal. suisse, 7, 220-227
  • Wappen, Orte, Namen, Geschlechter, 1981
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF