de fr it

Forrer

Famille de la ville de Winterthour, admise au gouvernement. Conrad et son fils Kilian, arrivés probablement vers 1500 de Lichtensteig dans le Toggenbourg, furent reçus à la bourgeoisie en 1513 (lettre d'armoiries en 1576). Kilian occupait un siège au Petit Conseil en 1533 déjà. Son fils Jörg l'y suivit en 1547; il sera avoyer de Winterthour en 1574-1577, de même que son frère Kilian (1582, 1584, 1586) et que Georg (1665-1672). La manufacture de textiles de Hans Jacob ayant fait faillite en 1739, les F. ne siégèrent plus au Petit Conseil dans la seconde moitié du XVIIIe s. Le Kilian premier cité est la souche de cinq branches, dont deux s'éteignirent en 1777 et 1778. Des mariages furent contractés avec les familles Hegner, Liechti, Sulzer et Ziegler. Sous l'Ancien Régime et au XIXe s., on rencontre parmi les F. des artisans d'art (peintres sur verre, orfèvres, potiers d'étain). Avant 1798, trois F. firent des études de théologie. L'un d'eux, Konrad (vers 1530-1594), fut aussi reçu docteur en médecine à Avignon (1555); il publia en allemand deux parties de l'Historia animalium de Konrad Gessner et proposa un nouveau système de classification botanique; en 1562, il devint second pasteur de Winterthour, où certains le trouvèrent d'une philosophie trop libre et rationaliste. Se distinguèrent encore dans le domaine des arts et des sciences le dessinateur Karl Gustav (1852-1921), la poétesse Clara Holzmann-F. (1868-1950), Leonard (->), Robert (->) et les peintres orientalistes Emil Orcitirix (1894-1986) et Heinrich Otto Ludwig (1897-1995).

Sources et bibliographie

  • J. Schmid-Forrer, Die Familie Forrer von Winterthur, 3 parties, 1983-1996
  • J. Schmid-Forrer, «Baumeister Forrer», in Winterthurer Jahrbuch 1995, 1994, 83-100