de fr it

Pfau

Famille d'artistes et d'artisans de Winterthour, dont l'origine (Öhningen sur le lac Inférieur de Constance) n'est pas certifiée. Un Jos est mentionné pour la première fois en 1526 dans les rôles fiscaux de Winterthour. Vers 1539, la famille devint bourgeoise de la ville. A partir de la seconde moitié du XVIe s., les sources font état de P. travaillant comme fabricants et peintres de poêles, les premiers étant Ludwig (✝︎1597) et l'un de ses fils, Onophrion (1564-1588). Vers 1600, les P. possédaient plusieurs demeures et ateliers de production en ville. Avec les frères Hans Heinrich (1598-1673) et David (1607-1670), la fabrication de poêles connut son apogée à Winterthour. Les poêles à catelles des P. étaient exportés jusqu'en Allemagne du Sud, aux Grisons et à Lucerne. Des cruches et des écuelles en céramique décorées étaient aussi fabriquées pour des hôtels de ville, des hôtels particuliers, des châteaux, des maisons de campagne et des tribunaux. Les P. intégrèrent le cercle des familles dirigeantes de la ville et occupèrent même en 1672 la charge d'avoyer avec Hans Heinrich. Le déclin de l'industrie des poêles commença après 1720. Dans le livre des bourgeois de Winterthour de 1822 on trouve dix-neuf familles portant ce nom; parmi les membres de celles-ci, Daniel (✝︎1838) et David (✝︎1849) étaient toujours actifs comme poêliers. Aux XIXe et XXe s., les P. donnèrent encore trois membres de l'exécutif communal de Winterthour et deux députés au Grand Conseil zurichois (notamment Matthäus ->).

Sources et bibliographie

  • I. Hermann, «Zürcher Weinland, Unterland und Limmattal», in Die Bauernhäuser des Kantons Zürich, 3, 1997, 188-196
  • A. Tiziani, W. Wild, «Die frühneuzeitliche Hafnerei der Familie Pfau an der Marktgasse 60 in Winterthur», in Archäologie im Kanton Zürich, 1995-1996, 1998, 225-251
  • Ch. Pfitzer, «Der Winterthurer Fayence-Kachelofen in Isny», in Im Oberland, 2007, cah. 1