de fr it

Crinsoz

Famille vaudoise, originaire d'Apples (1376), qui essaime dans la contrée de Vufflens et Cossonay au XVe s. Elle acquiert ensuite la bourgeoisie de Lausanne. Nicolas (1591) est anobli en 1573, grâce à l'achat de la seigneurie de Cottens (VD), terre que la famille conserve jusqu'en 1798. La noblesse de la famille est reconnue par Berne (1634). Les alliances matrimoniales (avec les Gingins, Gruyère, Aubonne, Polier, Thomasset, Quisard, Beausobre, Charrière, etc.) lui permettent d'acquérir de nombreuses seigneuries entre l'Aubonne et la Venoge au XVIIe s. Aux XVIIIe et XIXe s., les mariages avec des familles non nobles, mais aisées, augmentent (Perceret, Gleyre, etc.). Théodore (1690-1766), seigneur de Bionnens et de Givrins, pasteur et orientaliste, était proche du major Davel. Son neveu Jean-Frédéric fut arrêté et emprisonné (1774) pour avoir tenté de rétablir le pouvoir savoyard dans le Pays de Vaud. La famille a donné plusieurs officiers au service étranger aux XVIIIe  et XIXe s. (->) et deux pasteurs. Elle s'éteint dans la première moitié du XXe s.

Sources et bibliographie

  • Recueil de généal. vaudoises, 1, 1912, 339-373