de fr it

deMiéville

Famille de la petite noblesse vaudoise originaire de Rossens (VD) en 1466. Bourgeoisies de Moudon (1507), Villarzel (1675), Sédeilles (1676), Palézieux (1693), Orbe (1804) et Berne (1869). Johannes de Mediavilla (vers 1460-1520), chevalier, fut anobli par l'empereur Maximilien Ier en 1494 à Bruges. Le service étranger (XVIe s.) permit aux M. de consolider leur fortune. Dès le XVIIe s., ils firent carrière dans la magistrature (lieutenant baillival, châtelains, notaires) et le pastorat. David (1610-1670), pasteur, acheta en 1667 aux Crousaz la seigneurie de Brit (comm. Granges-Marnand); celle de Rossens fut achetée en 1796. Les M. (leur nom devenant parfois Demiéville) formèrent une dynastie de notaires à Payerne aux XIXe et XXe s. Ils n'ont pas de liens avec les nombreuses autres familles portant ce patronyme.

Sources et bibliographie

  • Généal, ACV
  • H. Delédevant, M. Henrioud, Livre d'or des familles vaudoises, 1923, 146-147
  • «Brève notice hist. sur la famille "de Miéville" et "Demiéville"», in RHV, 1935, 179-184, 253, 318
  • D.L. Galbreath, Armorial vaudois, 2, 1936, 186-187, 464