de fr it

Louis deMontmollin

Le chef d'état-major général (à droite) en compagnie du maréchal britannique Montgomery le 30 janvier 1949 à l'occasion du jubilé du Kandahar-Skiclub à Mürren, dans l'Oberland bernois © KEYSTONE/Photopress.
Le chef d'état-major général (à droite) en compagnie du maréchal britannique Montgomery le 30 janvier 1949 à l'occasion du jubilé du Kandahar-Skiclub à Mürren, dans l'Oberland bernois © KEYSTONE/Photopress.

17.11.1893 à Savagnier, 6.9.1974 à Neuchâtel, prot., de Neuchâtel. Fils de Charles Hermann, pasteur, et de Jeanne Alice Marianne Du Bois. Marie Marguerite Junod, fille de Charles Daniel, pasteur. Etudes inachevées de théologie et de lettres à Neuchâtel. Secrétaire à l'intendance des fortifications de Saint-Maurice (1916-1920). Officier instructeur d'artillerie (1920), officier EMG (1927-1957), chef d'état-major de la 2e division (1936-1939), colonel (1939), commandant de la brigade légère 1 (1940-1942), divisionnaire et chef d'arme de l'artillerie (1943-1945), commandant de corps et chef d'état-major général (1945-1957). En 1946, M. élabora des "conceptions stratégiques et tactiques" fondées sur l'idée de défense générale pour faire face à une guerre totale, qui débouchèrent sur les conceptions de défense nationale du Département militaire (1950). Dans un contexte marqué par l'équilibre de la terreur nucléaire et la guerre froide, M. préconisa une défense générale et une armée mobile chargée de défendre l'ensemble du territoire et non plus le seul réduit, ceci avec un minimum de blindés, une "arme blindée" étant financièrement insupportable. C'est lorsque que M. était en fonction que furent achetés 160 chasseurs de chars (1947), 200 chars légers (1951), la première série de chars lourds Centurion (1955) et 170 Vampire, avions de combat à réaction (1947). Echaudés par les événements de La Charité-sur-Loire (1940), les responsables politiques et militaires suisses refusèrent après la guerre toute collaboration avec un Etat étranger en cas d'invasion du territoire. Entre 1947 et 1954, M. rencontra pourtant le maréchal britannique Montgomery et l'adjoint du général Eisenhower à l'Otan, avec lesquels il aborda la question de la neutralité de la Suisse en cas de conflit Est-Ouest et discuta de la façon de combler les lacunes d'instruction de l'armée suisse.

Sources et bibliographie

  • L'Etat-major, 8, 244
  • M. Mantovani, Schweizerische Sicherheitspolitik im Kalten Krieg (1947-1963), 1999
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 17.11.1893 ✝︎ 6.9.1974