de fr it

Expédition deMorée

En 1688, un régiment capitulé de Suisse centrale, de Soleure et de Saint-Gall au service de Venise prit part à la "guerre sainte" contre les Turcs. Le nonce apostolique présenta cette expédition comme une étape vers la libération du Saint-Sépulcre. Le canton de Lucerne refusa de participer à cette entreprise qu'il estimait vouée à l'échec. Les Confédérés acceptèrent le contrat proposé par Venise, malgré ses lacunes. Le recrutement fut difficile. En mai 1688, le régiment embarqua à Venise sous la conduite du colonel uranais Sebastian Peregrin Schmid; après une traversée de près d'un mois, ils atteignirent la presqu'île de Morée (auj. Péloponnèse), où ils rejoignirent l'armée vénitienne. Au début de juillet, celle-ci fut transférée sur l'île de Nègrepont (auj. Eubée), où elle était censée prendre la ville éponyme (auj. Chalcis). Les maladies et les combats décimèrent l'armée. Le siège de la ville dut être levé vers la fin d'octobre 1688. Les mercenaires qui survécurent furent cantonnés à Lépante (auj. Naupacte). En 1690, il restait quelque 200 survivants sur les 2500 Suisses qui étaient partis. Les mauvais traitements infligés par les Vénitiens et les querelles entre les officiers confédérés aggravèrent encore la situation. Le régiment fut licencié en 1691. Les soldes en souffrance pesèrent encore longtemps sur les relations entre Venise et les cantons catholiques et provoquèrent aussi des dissensions entre ces derniers.

Sources et bibliographie

  • V. Ruckstuhl, Aufbruch wider die Türken, 1991