de fr it

Pioda

Famille attestée depuis le XIIIe s. à Locarno, également citée à Morbio Inferiore sous le nom de Piotti (avec ramifications ultérieures dans le Mendrisiotto) et depuis le XVIe s. à Vacallo (Giuseppe Piotti appartient à cette branche). Encore existante, la lignée locarnaise appartient à la corporation des Bourgeois. Elle connut une ascension sociale entre le XVIIIe et le XIXe s., comme en témoigne l'hôtel particulier sur la place San Francesco. A Locarno, les P. tinrent une auberge et un magasin de denrées alimentaires, firent le commerce de céréales et de bois et possédaient aux alentours de la ville quelques domaines (foin et vignes). Ils pratiquèrent en outre le petit crédit agricole auquel eurent recours de nombreuses familles de la région, notamment celles des vallées voisines (comme le val Onsernone). Au XIXe s., de nombreux P. exercèrent des charges publiques importantes. A partir de Giovan Battista (->) la famille compta des membres du législatif et de l'exécutif cantonal, des commissaires du gouvernement, des avocats du fisc, des juges de paix, des inspecteurs des milices et des routes, des directeurs d'école, etc. Giovan Battista (->), le plus célèbre des P., assuma les plus hautes fonctions politiques de Suisse. Son neveu Alfredo (->) se fit connaître dans les domaines de la philosophie et du spiritisme. D'autres P., notamment Paolo (->), cherchèrent fortune aux Etats-Unis. Le mariage de Giovan Battista (->, fils et petit-fils des deux Giovan Battista déjà cités) avec une femme de la famille romaine Federici enrichit considérablement les P. et leur permit d'acquérir en 1921 une vaste propriété agricole en Ombrie, où les héritiers vinrent s'installer après avoir quitté Locarno.

Sources et bibliographie

  • F. Pedrotta, «I Pioda di Locarno», in BSSI, 1931, 1-2
  • C. Agliati, «Le carte dei Pioda locarnesi [Repertorio delle fonti archivistiche]», in AST, 111, 1992
  • C. Agliati, «Una famiglia tra Europa e America», in I costruttori della Repubblica, 2005, 97-110