de fr it

Esseiva

Famille originaire de la Gruyère, mentionnée pour la première fois en 1343 avec le donzel Willelmus. Mermetus est cité en 1357 comme bourgeois de Romont (FR). Des branches de la famille sont établies depuis 1611 à Fribourg, où elles acquirent la bourgeoisie en 1787 et 1847, et au Crêt dès le XVIIIe s. Les E. vendirent au XVe s. leur seigneurie de Treyfayes. Aux XVIIIe et XIXe s., la famille compta nombre d'ecclésiastiques, notamment jésuites, qui enseignèrent en Suisse et à l'étranger. Jean (1841-1885) fut supérieur et recteur des collèges jésuites de La Nouvelle-Orléans, puis vicaire général à Bombay. D'autres se distinguèrent du XVIIIe au XXe s. comme juristes, marchands et politiciens, tels Ignace (->) et son frère Pierre (->). Léon (1854-1925) fut prieur de Saint-Nicolas à Fribourg et protonotaire apostolique. Louis (1860-1927) se fit un nom comme sculpteur, juge et politicien. François (1905-1967) fut directeur de la Bibliothèque cantonale et universitaire de Fribourg (1941-1958) et juge cantonal. Deux membres de la famille acquirent la nationalité française dans la première moitié du XXe s.

Sources et bibliographie

  • NEF, 1904-1944
  • Fribourg illustré, no 4, 1995, 24

Suggestion de citation

Troxler, Walter: "Esseiva", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 21.11.2005, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/024880/2005-11-21/, consulté le 04.12.2020.