de fr it

Anderwert

Vieille famille thurgovienne, d'Emmishofen (depuis 1928 comm. de Kreuzlingen). Les A. embrassèrent la foi protestante lors de la Réforme. Ils firent partie pendant des siècles de l'aristocratie villageoise, furent juges et occupèrent des fonctions dans les quartiers (circonscriptions militaires). Les descendants de Georg, reconverti au catholicisme vers 1685, furent des personnalités importantes: avec Johann Georg (✝︎1794), secrétaire des seigneurs justiciers (1761-1794) et administrateur du couvent de Münsterlingen (1764-1794), une branche de la famille entra dans la haute société thurgovienne, aux structures encore à moitié féodales. Joseph (->) et Adrian (1768-1821), ses fils, revêtirent l'un après l'autre les mêmes charges que leur père. Outre des employés de commune, de cercle et de district, et des députés, la famille A. compta au XIXe s. deux conseillers d'Etat, Joseph (->) et Johann Ludwig (->), et un conseiller fédéral, Fridolin (->). La famille n'a plus joué de rôle prépondérant au XXe s., entre autres parce que Joseph et Fridolin, célibataires, n'ont pas eu de descendants.

Sources et bibliographie

  • H. Lei, «Der thurgauische Gerichtsherrenstand im 18. Jh.», in ThBeitr., 99, 1962, 1-177, surtout 65-72