de fr it

Arnold

Famille uranaise, originaire de Spiringen et bourgeoise entre autres d'Altdorf, Attinghausen, Bürglen, Erstfeld et Flüelen, avec de nombreuses branches dans d'autres cantons. Les A. von Spiringen, établis au XVIe s. à Altdorf, sont une famille distincte, qui donna des magistrats, dont cinq landammans entre le XVe et le XVIIe s.: Heinrich (->), Jakob (->), Jakob (->), Johann Anton (->) et Johann Kaspar (->); nombreux dans le service étranger, ils détinrent à titre héréditaire la charge de capitaine de la garde pontificale à Bologne (du XVIe s. à 1773) et à Ravenne (1766-1798). Ils s'éteignirent avec Karl Josef, capitaine de la garde. A la fin de l'Ancien Régime émergèrent du milieu rural les A. de deux rameaux d'Altdorf, souvent opposés aux élites traditionnelles, mais de tendance nettement conservatrice. Ils acquirent une richesse considérable et une grande influence politique, les uns comme aubergistes, tel Franz Maria (->), les autres comme marchands de vin et de fromage, tel Franz Xaver (->), ou comme transporteurs, tel Josef Anton (->). Des représentants de cette famille très ramifiée, qui a donné de nombreux politiciens, ecclésiastiques (Joseph ->, Seraphin ->), fonctionnaires, rédacteurs et artistes (Gustav ->), travaillent aujourd'hui à Uri, notamment dans le commerce de détail, la construction et l'extraction du sable et du gravier (Franz ->). Ils appartiennent pour la plupart au PDC (Anton ->, Leo ->) et quelques-uns, mais non des moindres, au PRD (Franz ->). Les membres d'une branche bâloise ont compté dans la formation du mouvement ouvrier suisse (Emil ->, Sophie ->, Wilhelm ->).

Sources et bibliographie

  • APriv, StAUR
  • Almanach généal. suisse, 3, 12-22; 4, 30-31
  • J. Muheim, Die Hänsler, 1981
  • U. Kälin, Die Urner Magistratenfamilien, 1991