de fr it

Gisler

Vieille famille d'Uri, représentée surtout à Spiringen, Altdorf, Bürglen, Schattdorf, Seedorf et Unterschächen. Elle compte de nombreuses branches, entre lesquelles les liens de parenté ne sont pas clairement établis; pour les distinguer, on utilise, notamment dans la vallée du Schächen, des surnoms dérivés soit de la demeure, soit du prénom d'un ancêtre (ds Butzligers, ds Trini-Fränzelers). En 1365, il est fait mention d'un Walter, arbitre dans un litige forestier à Seelisberg. Trois G. tombèrent à Marignan (1515). Dès le XVIe s., des membres de la famille furent délégués à la Diète et occupèrent des fonctions de bailli (notamment au Tessin). Dans l'Urner Stammbuch, Kaspar (✝︎1643), marié avec Anna Imholz (✝︎1633) et établi au domaine Hoffuhr à Spiringen, apparaît comme le fondateur de la lignée la plus importante. Peter (->) fut landamman d'Uri, fonction qui revint une seconde fois à la famille avec Ambros (∗︎1941), en 1990-1992. Quoique nombreux, les G. assumèrent relativement peu de charges politiques sous l'Ancien Régime. Ils se distinguèrent comme soldats et mercenaires, mais n'eurent que rarement des grades d'officiers. Entre 1895 et 2000, la famille donna trois conseillers d'Etat, Karl (->), Karl (->) et Ambros, et siégea la plupart du temps au Grand Conseil uranais. Plusieurs G. furent curés ou occupèrent dès le XIXe s. de hautes fonctions ecclésiastiques, ainsi Franz Martin (1750-1821), doyen du chapitre des Quatre-Cantons, Johann Josef (1794-1861), commissaire épiscopal, Josef (->), Johann Anton (1841-1917), commissaire épiscopal, et Anton (->). Jusqu'au XXe s., les G. vécurent comme paysans de montagne; quelques-uns fondèrent des ateliers ou de petites entreprises (imprimerie, transports, automobiles).

Sources et bibliographie

  • Urner Stammbuch, 12-14 (StAUR)