de fr it

Ritz

Famille de paysans de montagne et d'artisans de la vallée de Conches qui a donné depuis le XVIIe s. un grand nombre d'artistes, ainsi que quelques magistrats locaux et délégués à la Diète valaisanne. A l'origine aussi appelée Riitsch ou Ritsch. Hans Riitsch d'Obergesteln, le premier représentant connu de la famille, est mentionné vers 1486 comme capitaine d'une compagnie franche en Italie du Nord. Il est néanmoins probable que les R. soient originaires du hameau aujourd'hui abandonné de Rottenbrigge (Niederwald) comme Simon Ritsch, major de Conches en 1568 et délégué à la Diète en 1587. Des branches s'établirent à Selkingen, Blitzingen, Ernen, Bellwald et Bitsch. Celle de Selkingen compta des constructeurs d'autels et sculpteurs qui réalisèrent nombre d'œuvres baroques, surtout dans la vallée de Conches, mais aussi dans le reste du Haut-Valais, à Uri et dans les Grisons. Leur premier et plus éminent représentant fut Johann (->). Son fils aîné Johann Jodok (1697-1747) reprit l'atelier avec son beau-frère Hans Kaspar Leser, peintre. A la troisième génération, Johann Franz Anton (1722-vers 1770), fils de Johann Jodok, poursuivit la tradition comme peintre et sculpteur. Johann Georg Garinus (1706-1773), curé de Münster (VS) et auteur de pièces de théâtre populaire, appartient lui aussi à cette lignée qui s'éteignit à la quatrième génération.

Au début du XIXe s., les trois fils de Josef Ignaz, agriculteur à Niederwald, et de la fille du sculpteur Valentin Schwick, Katharina, s'illustrèrent notamment comme peintres. Ils furent à l'origine d'une dynastie d'artistes, tels Lorenz Justin (1796-1870), portraitiste et peintre d'église, Franz (1798-1859), peintre et doreur, et Anton (1800-1853), sculpteur. Le fils de Lorenz Justin, Raphael (->), fut l'un des peintres suisses les plus importants de son temps et son petit-fils Walter (->) fut physicien et mathématicien. César (->), le "roi de l'hôtellerie", était également originaire de Niederwald.

Sources et bibliographie

  • T. Seiler, «Dr. Johann Georg Garin Ritz», in BWG, 1, 1890, 183-195, surtout 183
  • J. Lauber, «Bildhauerfamilie Ritz von Selkingen», in BWG, 3, 1905, 334-347