de fr it

MartinSchmid

26.9.1694 à Baar, 10.3.1772 à Lucerne, cath., de Baar. Fils de Martin, trésorier, et de Maria Katharina Hurter. Gymnase jésuite de Lucerne. Novice chez les jésuites de Landsberg (Bavière) en 1717. Etudes à Hall (Tyrol) et Ingolstadt. Ordonné prêtre en 1726, S. décida d'être missionnaire en Amérique du Sud. La guerre anglo-espagnole retarda son départ de Séville jusqu'en 1728. Parti de Buenos Aires par la route passant par Potosí, il rejoignit en 1730 la mission des Chiquitos (auj. Bolivie) et œuvra principalement à San Javier. Sa méthode d'évangélisation est un modèle de mélange de cure d'âme catholique traditionnelle (liturgie, prédication, catéchèse, culte marial, soins aux malades) et acculturation des Amérindiens dans les réductions (missions) jésuites. Ses dons manuels, artistiques et musicaux l'aidèrent dans sa tâche. Il forma les indigènes à divers artisanats: tissage, poterie, poterie d'étain, fonte de cloches, menuiserie, sculpture sur bois, fabrication de tuiles et d'instruments de musique. S. composa lui-même de la musique. Il fit en outre construire des églises à San Rafael, San Javier et Concepción (1745-1755) sur ses propres plans et dans un style baroque colonial local (églises-halles en bois). Ses lettres à sa famille et à ses frères en religion renseignent sur son action. Après trente-huit ans d'apostolat, il tomba sous le coup du décret d'expulsion du gouvernement espagnol et fut déporté en Espagne par Arica (auj. au nord du Chili). En 1770, S. revint dans la province jésuite de Haute-Allemagne et, en 1771, au collège jésuite de Lucerne.

Sources et bibliographie

  • Correspondance, StAZG
  • Lettres, Bayerisches Hauptstaatsarchiv, Munich
  • F.A. Plattner, Ein Reisläufer Gottes, 1944
  • R. Fischer, éd., P. Martin Schmid SJ, 1694-1772, 1988
  • Martin Schmid, 1694-1772, cat. expo. Lucerne, 1994
  • E. Kühne, Die Missionskirchen von Chiquitos im Tiefland von Bolivien, 2 vol., 2008
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF