de fr it

KeiserZG

Famille prolifique de la ville de Zoug mentionnée pour la première fois vers 1380 dans la proche localité d'Oberwil où elle avait son centre de gravité. Hans devint bourgeois en 1478; vraisemblablement le même Hans fut nommé conseiller de ville en 1488. Depuis, la famille a régulièrement occupé des charges locales, plusieurs de ses membres étant baillis dans les territoires sujets de la ville. Par l'une ou l'autre de ses branches, elle eut la plupart du temps un siège au Conseil de ville. Le conseiller Markus Anton Fidel K. zum Frauenstein (1733-1810) et son fils Karl Franz (1767-1835), tous deux grands-juges en France au sein d'un régiment de la garde, furent les seuls K. à faire une carrière militaire. En revanche, la famille compta un nombre exceptionnel de nonnes et d'ecclésiastiques; des soixante-quatre mentionnés jusqu'en 1900, trente-huit naquirent entre 1650 et 1750. La branche de Martin (✝︎1635) donna naissance à un religieux au moins à chaque génération jusqu'au XIXe s. Cependant, les plus importants dignitaires ecclésiastiques, Karl Kaspar (->) et Heinrich Alois (->), sont issus d'autres branches. Karl Oswald (1663-1737) fut à l'origine d'une dynastie de fondeurs d'étain, qui s'acheva avec Beat Jakob (1821-1897). La branche des fondeurs de cloches, initiée par Martin (1619-1672), de Soleure, installé à Zoug en 1662, fut également remarquable. Quant à Josef Anton (1859-1923), fabricant de poêles, il mena ce traditionnel artisanat zougois à son ultime point culminant, en compagnie de sa femme Elisabeth Meyer (1864-1938), de Winterthour, élève du dernier représentant de la dynastie de poêliers Pfau. La famille K. ne joua guère de rôle sur les plans cantonal et fédéral, sauf au XIXe s. Certains de ses membres se virent alors confier les plus hautes charges politiques: ce fut le cas de Franz Xaver (->) et de Gustav Adolf (->), tous deux landammans. Franz Xaver, qui parvint à s'élever dans les couches sociales, fonda une lignée de politiciens conservateurs. Ses fils Kaspar (->) et Martin Anton (->), furent conseillers aux Etats, son petit fils Theodor (->), conseiller d'Etat et conseiller national. Johann Martin (1750-1821), marchand de vins et préfet national sous la République helvétique, est à l'origine d'une branche de fonctionnaires et de négociants en vins établie dans une demeure baroque qui lui valut le surnom de "K. im Hof". Son fils Josef Martin (1776-1842) fut secrétaire de la République helvétique et second chancelier du canton. Son petit-fils Klemens (->) fut chancelier, de même que son arrière petit-fils Albert (->).

Sources et bibliographie

  • P. Aschwanden, Aus der Geschichte der Zuger Familie Kaiser im Hof, 1966
  • R.J. Müller, Zuger Künstler und Kunsthandwerker, 1972