de fr it

Kolin

Famille peu nombreuse, mais influente, de la ville de Zoug, probablement originaire de Strasbourg. Un Johann Kali de Zoug, témoin d'un serment de fin de guerre privée en 1375 à Bremgarten, conseiller en 1380, fut peut-être banneret (porteur de la bannière cantonale) dès 1383. Cette charge prestigieuse, que la landsgemeinde attribuait à vie à un bourgeois de la ville (mais qui perdit peu à peu son importance militaire), fut confiée en 1414 au plus tard à Peter (->), puis à dix-huit de ses descendants, assurément en reconnaissance du fait que Peter fut tué à Arbedo en 1422 en défendant le drapeau zougois. La tradition ne s'interrompit qu'une seule fois, en 1733, quand Oswald (1648-1736), destitué dans le cadre de la première affaire des Durs et des Doux (Harten- und Lindenhandel), fut remplacé par Georg Leonz Landtwing (1701-1746). Karl Kaspar (->), dernier représentant mâle de la famille, eut à remettre la bannière au général français Nicolas Louis Jordy en 1798. Rendu fameux par la mort héroïque de Peter, le nom de K. est resté jusqu'à nos jours un symbole identitaire pour Zoug, la "ville des K." (Kolinplatz, Kolinbund).

Les K. étaient membres du parti pro-français des Doux, comme les Zurlauben, avec lesquels ils avaient des liens matrimoniaux et partageaient la propriété d'une compagnie au service d'Espagne; mais contrairement à eux ils réussirent à garder même durant les deux affaires des Durs et des Doux (XVIIIe s.) l'influence politique qu'ils exerçaient depuis la fin du XIVe s. Ils siégèrent presque constamment au Conseil de la ville. Peter (->), Johann (->), Bartholomäus (->) et Karl Kaspar (->) eurent la charge d'amman; ce dernier fut aussi bailli, comme notamment Wolfgang (->) et Franz Anton (->). Ils fournirent trois chanceliers au XVIe s., dont Hans (1609) et son fils le banneret Johann Jakob (1651), auteurs, comme Oswald (1612-1699), d'une chronique zougoise. Karl Kaspar fit paraître en 1786 la première "description statistique" du canton de Zoug. L'humaniste Peter (1542), qui étudia à Paris et embrassa la Réforme zwinglienne, publia en 1541, avec Johannes Fries, un grand dictionnaire latin-allemand.

Sources et bibliographie

  • A. Iten, E. Zumbach, Wappenbuch des Kantons Zug, 1937-1942 (21974)