de fr it

HoffmannBS

Catalogue d'échantillons de rubans de soie de la manufacture bâloise Emanuel Hoffmann, vers 1770-1780 (Historisches Museum Basel).
Catalogue d'échantillons de rubans de soie de la manufacture bâloise Emanuel Hoffmann, vers 1770-1780 (Historisches Museum Basel).

Hans, cordonnier de Münzenberg dans la Wetterau (Hesse) et mentionné jusqu'en 1515, obtint la bourgeoisie de Bâle en 1489; son fils, du même prénom (✝︎1551), en 1528. Son petit-fils Hans (✝︎1566) fut surnommé Seldenreich ("bienheureux"), ce qui révèle la réussite sociale et économique de cette famille de cordonniers. L'arrière-petit-fils, Hans Heinrich (1564-1626), fut prévôt de la corporation des Cordonniers, conseiller, membre du collège des députés, Lohnherr (intendant des bâtiments) et conseiller secret. L'ascension sociale de la famille se reflète dans les deux mariages de son descendant Hans Jacob (1591-1644), professeur de droit, qui épousa Ursula Burckhardt et Helena Iselin, toutes deux issues de familles de conseillers bâlois. Sa descendance se divisa en trois branches. Celles fondées par ses fils Johann Heinrich (1635-1687), antistès, et Christoph (1645-1701), notaire et conseiller, s'éteignirent au XVIIIe s. Seule la lignée d'un troisième fils, Emanuel (->), existe toujours. Celui-ci avait rapporté de Hollande, en 1667, un nouveau type de métier à tisser les rubans de soie (métier à navettes multiples). Cette innovation contribua largement au progrès de la fabrication des rubans, qui devint très florissante. Lui-même et ses descendants, tous prénommés Emanuel, firent partie pendant plusieurs générations de l'élite des passementiers et, de ce fait, de la classe politique et économique dirigeante. Son entreprise, créée en 1667, subsista jusqu'en 1883, date à laquelle Emanuel (septième du nom), anticipant l'effondrement de cette industrie, la liquida et se tourna vers d'autres activités. Les entreprises chimiques offraient alors la possibilité d'un développement industriel prometteur, d'abord lié à la teinture de la soie. La firme F. Hoffmann-La Roche n'est cependant pas issue directement de la fabrique de rubans créée par Emanuel, même si son fondateur, Fritz (->), était un descendant direct et si la famille est étroitement liée avec l'entreprise.

Sources et bibliographie

  • Almanach généal. suisse, 5, 321-326
  • P. Fink, Geschichte der Basler Bandindustrie 1550-1800, 1983
  • N. Röthlin, Die Basler Handelspolitik und deren Träger in der zweiten Hälfte des 17. und im 18. Jahrhundert, 1986
  • Dokumentation zum Familientag der Nachkommen von Emanuel und Helena Hoffmann-Preiswerk, 1989
  • H.C. Peyer, Roche, 1996
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF