de fr it

Burlamaqui

Famille noble originaire de Lucques (Toscane), gagnée aux idées de la Réforme sous l'impulsion de Pierre Martyr Vermigli. Deux branches s'établissent à Genève à la fin du XVIe s., après un séjour en France: la branche aînée, bourgeoise en 1631, et la branche cadette, bourgeoise en 1651. Négociants en soie aux XVIe  et XVIIe s. (Théodore n'est pas autorisé à introduire en 1664 les métiers à navettes multiples pour la passementerie), les B. s'intègrent à la haute bourgeoisie et à la magistrature aux XVIIe et XVIIIe s., sont pasteurs et professeurs. Vincent (1598-1682) est le premier B. à siéger au Conseil des Deux-Cents en 1633, son petit-fils, Jean-Louis, professeur de droit, le premier membre du Petit Conseil en 1717. Renée (1560-1641), fille de Michel, épouse en 1586 César Balbani et, en secondes noces (1623), Agrippa d' Aubigné. La famille s'éteint en 1782 à la mort de Sara, fille de Jean-Jacques (->). Pendant plus d'un siècle, les membres de la branche aînée tinrent une chronique familiale en italien, commencée par Vincenzo en 1622, qui couvre cinq siècles et dans laquelle il est aussi question des autres familles lucquoises établies à Genève, dont les Calandrini qui eurent des liens de parenté avec les B.

Sources et bibliographie

  • V. Burlamacchi, Libro di ricordi degnissimi delle nostre famiglie, éd. S. Adorni-Braccesi, 1993
  • S. Adorni-Braccesi, «L'exil et la mémoire», in BHG, 22, 1992, 3-14 (ital. 1991)
  • S. Adorni-Braccesi et al., I Lucchesi a Ginevra da Giovanni Diodati a Jean Alphonse Turrettini, 1996
  • DBI, 15, 433-436