de fr it

Chaponnière

Famille originaire de la rive droite du lac Léman (Tannay, Duillier, Céligny) présente aussi à Goumoens-la-Ville et au Pays de Gex. Mentionnée à Tannay en 1380. Vers 1490, Humbert de Chappugnyeres était homme libre du chapitre de Lausanne à Crans. La famille était fort nombreuse, divisée en quantité de branches et de rameaux; elle passa au protestantisme en 1536. Les deux branches principales remontent à Jacques, mort en 1596, domicilié au Petit-Saconnex. Son frère présumé Jean est admis à la bourgeoisie de Genève en 1565. La branche aînée, éteinte au début du XIXe s., compte trois réceptions à la bourgeoisie de Genève. Un seul de ses membres est connu pour son activité et son train de vie, Jean-Etienne (∗︎1735, bourgeois de Genève en 1763), monteur de boîtes et propriétaire à Pinchat (Carouge). La branche cadette, encore existante, ne compta que des habitants et des natifs jusqu'à la révolution genevoise, ce qui explique son absence des organes politiques sous l'Ancien Régime. Ses membres se sont distingués d'abord dans la Fabrique. Gabriel (1718-1779) est batteur d'or. Son fils Abraham (1742-1828) est maître-monteur de boîtes; c'est lui, ses descendants et collatéraux qui font la notoriété de la famille. Abraham joua un rôle actif dans le parti des Représentants et dut émigrer en 1776 à Constance avec sa famille; il en revint en 1789 avec ses fils Jean-François (->) et Jean-Jérôme-François (1784-1867), négociant à Marseille et poète. Aux générations suivantes, les C. s'illustrèrent dans les arts (John-Etienne ->), la médecine associée à l'histoire (Jean-Jacques, 1805-1859), la théologie (Francis ->), les lettres (Paul ->) et dans la banque: Chaponnière & Cie, fondée en 1870, devint Darier, Chaponnière & Cie en 1875 et Darier & Cie en 1880.

Sources et bibliographie

  • E. Barde, Etudes généal., ms., 13, 220 (AEG)
  • Fonds, AEG
  • Galiffe, Notices généal., 6